RMC Sport

UFC 266: Shevchenko, reine des mouches seule dans sa ruche

Championne des mouches, Valentina Shevchenko remet son titre en jeu contre Lauren Murphy ce samedi soir à Las Vegas lors de l’événement UFC 266. Sans doute une nouvelle démonstration pour "Bullet", qui devrait égaler un record historique de Ronda Rousey et continuer sa domination sur une catégorie dont elle détient tous les records ou presque.

Il y a Ronda Rousey, qui avait dominé les coqs à coups de clés de bras dévastatrices. Il y a Amanda Nunes, qui a envoyé l’Américaine au catch en l’explosant en moins d’une minute en décembre 2016 et repris le flambeau chez les coqs avant de battre Cris Cyborg pour conquérir les plumes en parallèle. Il y a Joanna Jedrzejczyk, qui a eu un temps une mainmise totale sur les pailles. Mais si vous cherchez la combattante UFC qui a le plus dominé sa catégorie, il faut se tourner vers les mouches et Valentina Shevchenko. "Bullet" (son surnom) défend sa couronne, remportée en décembre 2018 avec une victoire par décision unanime sur Joanna Jedrzejczyk, ce samedi à Las Vegas contre l’Américaine Lauren Murphy.

>> Abonnez-vous ici pour suivre Valentina Shevchenko à l'UFC 266 et toutes les soirées UFC avec les offres RMC Sport

Jamais battue chez les mouches dans sa carrière, la Kirghizo-Péruvienne – elle possède les deux nationalités – peut rejoindre Rousey et son record féminin de six défenses victorieuses consécutives chez les coqs, tout comme Nunes aura l'occasion de le faire toujours chez les coqs en décembre à l'UFC 269 (coontre Julianna Pena). "Peut"? On aurait plutôt dû écrire "va". Sans manquer de respect à Murphy, ancienne championne Invicta (organisation 100% féminine) chez les coqs mais qui n’a jamais combattu pour une ceinture UFC avant ce week-end, une défaite de Shevchenko ne serait pas seulement une surprise. Ce serait un tremblement de terre. Intouchable, la reine Valentina écrase les mouches comme elle pourrait le faire avec l’animal du même nom.

Trop complète et trop forte pour ses rivales, tout simplement. Avec comme preuves irréfutables la litanie de records désormais dans sa poche. C’est simple: à part le KO le plus rapide, qui appartient à l’Ecossaise Joanne Calderwood, Shevchenko a fait une razzia sur ceux de sa catégorie à l’UFC. Il y a, entre autres, le record de victoires (7, à égalité avec Katlyn Chookagian), le plus grand nombre de KO (3), le plus grand nombre de takedowns réussis (25) et le meilleur pourcentage de réussite dans ses tentatives en la matière (71,4%) mais aussi la plus grande précision dans les coups significatifs (56,4%), le plus petit nombre de coups significatifs encaissés par minute (1,49) ou encore le plus grand temps de contrôle au sol (47’09’’).

Le rêve de la trilogie contre Nunes

Si elle s’impose lors de l’UFC 266, celle qui a désormais dépassé les 1000 jours de règne (contre près de 2000 pour Nunes chez les coqs) aura nettoyé les quatre premières du ranking UFC de la catégorie sur ses quatre derniers combats, de Katlyn Chookagian à Murphy en passant par Jennifer Maia et l’ancienne championne des pailles Jessica Andrade. Et quand on regarde la suite de la liste, difficile d’imaginer voir quelqu’un la détrôner. Si ce manque d’adversaires pourrait vite profiter à Manon Fiorot et lui permettre d’avoir sa chance si la Française (dont le combat face à la Brésilienne Mayra Bueno Silva prévu lors de cet UFC 266 a été reprogrammé pour la Fight Night du 16 octobre en raison d’un contrôle positif au Covid pour elle et une partie de son équipe) continue sa progression à l’UFC, Shevchenko semble partie pour un très long règne.

Une prédiction qui prend encore un peu plus de poids quand on prend conscience du niveau de confiance en elle qui l’habite désormais. Il suffisait de l’écouter ces derniers jours en conférence de presse pour comprendre: "Après tant d’années à combattre, il est difficile de me surprendre avec quelque chose si vous n’êtes pas une super-humaine. Je sais que Murphy est complète, forte et dangereuse, mais c’est tout ce que j’ai à savoir sur elle. Rien de ce qu’elle a ne peut me mettre de pression sur les épaules." Petite sœur d’Antonina, qui combat elle aussi à l’UFC, Shevchenko est un régal pour amoureux de MMA entre sa maîtrise du striking – elle vient du muay-thaï et du kickboxing – et des capacités au sol en progrès constants.

On finit par se dire, comme beaucoup, que le seul véritable test qui vaudrait le coup pour "Bullet" serait un choc de championne contre Amanda Nunes. Problème ? La Brésilienne a déjà battu deux fois Shevchenko, deux de ses trois défaites en carrière pour un bilan global de 21-3, la première fois via décision unanime en mars 2016 sur la carte restée légendaire du premier combat Conor McGregor-Nate Diaz, la deuxième pour le titre des coqs en septembre 2017 à l’UFC 215 (où leur main event n’avait attiré que 100.000 ventes en pay-per-view, preuves d’un manque de notoriété pour les deux) avec une décision partagée qui portait bien son nom tant beaucoup voyaient Valentina gagnante. Pas grave. Vu le niveau des deux et la controverse de leur dernier combat, on signe tout de suite pour une trilogie en pleine lumière. Les deux meilleures combattantes de la planète MMA méritent bien ça.

https://twitter.com/LexaB Alexandre Herbinet Journaliste RMC Sport