RMC Sport

UFC: Arnold Allen, enfin dans la lumière pour la passe de dix

Malgré neuf victoires en autant de sorties dans la cage depuis ses débuts dans l’organisation, Arnold Allen dispute son premier main event (combat principal) d’une soirée UFC ce week-end à Las Vegas (en direct à partir de 1h dans la nuit de samedi à dimanche sur RMC Sport 2). Une première qui peut rapprocher le Britannique d’une chance pour le titre chez les plumes.

Il a mis le temps. Mais cette fois, il y est. Pour la première fois depuis ses débuts à l’UFC, en juin 2015, Arnold Allen va connaître les joies d’un main event (combat principal d’une soirée) en cinq rounds ce samedi soir à Las Vegas lors de l’UFC Fight Night 213. La chose aurait pourtant pu se faire plus vite: le Britannique de vingt-huit ans, qui compte dix-huit victoires contre un seul revers dans une carrière pro débutée en 2012, a signé neuf victoires sur ses neuf premiers combats dans la plus grande organisation au monde de MMA.

>> Suivez Kattar-Allen et toutes les soirées UFC avec les offres RMC Sport

Dans l’histoire des plumes, sa catégorie, seul l’actuel champion Alexander Volkanovski a connu de tels débuts à l’UFC. Et cette série en cours est la plus longue derrière les douze succès de l’Australie. Bref, de quoi mériter la lumière. Mais entre le Covid, les blessures et des combats annulés (six en tout), son ascension a pris du retard, à l’image de ses un an et deux mois et demi entre ses victoires sur Nik Lentz et Sodiq Yusuff en janvier 2020 et avril 2021. Mais le garçon a su se montrer patient.

"J’ai toujours cru que j’arriverais où j’en suis, analysait 'Almighty' (son surnom) ce mercredi lors du media day. Même quand je ne combats pas, si j’ai une main cassée par exemple, je suis toujours à la salle pour m’entraîner et continuer de m’améliorer. Si je ne peux pas utiliser mes mains, je travaille mes coups de pied. Je fais tout ce que je dois faire et je reste toujours positif." Numéro 6 des challengers de sa catégorie, Allen peut frapper un grand coup ce week-end s’il bat Calvin Kattar (23-6 en carrière, 7-4 à l’UFC), numéro 5 qui reste sur une défaite par décision contre le numéro 4 Josh Emmett en juin.

"10-0 à l’UFC, ce serait un beau chiffre", se projette-t-il déjà avant un choc pour lequel l’expérience va du côté de son adversaire américain, qui dispute son sixième combat en cinq rounds à l’UFC après avoir été au bout des cinq premiers (bilan de 2-3). Mais Allen, qui reste sur onze victoires de suite toutes organisations comprises, voit la chose d’un autre œil. "Ça ne m’inquiète pas. Selon moi, c’est même positif. Calvin a beaucoup de kilomètres au compteur. Il a fait plusieurs guerres en cinq rounds et même quand il a gagné, on lui a fait beaucoup de dégâts." Être placé en main event charge l’emploi du temps, notamment sur le plan médiatique. Mais l’intéressé préfère s’en amuser. "J’ai juste pris plus de photos que d’habitude dans le shooting officiel de l’UFC! C’était fatiguant mais je me sens bien."

Connu pour son grappling de haut niveau, Allen a changé les regards sur lui en mars, à Londres, quand il a mis TKO Dan Hooker dès le premier round devant une foule en délire. Un souvenir qui restera. "J’ai été touché à l’œil et je ne pouvais pas voir grand-chose donc je continuais juste d’envoyer des coups. Et ça a bien marché. Beaucoup des combattants que j’ai affrontés à l’UFC étaient des lutteurs ou des gars qui voulaient venir au clinch pour salir le combat. Je n’avais pas vraiment affronté de purs strikers. C’était le cas avec Hooker et j’ai pu laisser parler mes mains."

Un succès après lequel il a défié Kattar pour un combat qui rapprochera fortement le vainqueur d’un combat pour le titre dans une catégorie que devrait déserter pour un temps son champion, Volkanovski, pour un combat face au champion des légers (la catégorie au-dessus) Islam Makhachev lors de l’UFC 284 en février en Australie. "Est-ce que c’est un combat pour devenir le challenger de Volkanovski? Carrément, répond Allen. Vu la situation, on aurait même pu mettre une ceinture intérimaire. Volkanovski est un grand champion qui peut faire ce qu’il veut car trône loin de tout le monde et il n’y a pas de challenger clair en ce moment. C’est une bonne opportunité pour essayer de sortir du lot."

Il faudra d’abord écarter Kattar à l’UFC Apex de Las Vegas, tout sauf une mission facile. "Il est dangereux dans tous ses combats, pointe le Britannique. Il n’abandonne jamais. Même quand il s’est fait déglinguer par Max Holloway, il a cherché à gagner pendant tout le combat et n’a rien lâché. C’est un combattant très dur. Ils sont très similaires avec Hooker: deux strikers à grande allonge connus pour faire des guerres de cinq rounds. Mais je crois en ma puissance. Je sais que je peux faire mal à tout le monde dans cette catégorie et les terminer tous si je les connecte. Je suis prêt." Avec une stratégie simple pour son premier main event, face à un homme qui défend très bien les amenées au sol (91,3%, deuxième meilleur total de l'histoire de la catégorie derrière Shane Burgos) : "Il faut le frapper plus qu’il ne me frappe. C’est le plan!"

Dans sa quête de la ceinture, celui qui a signé six succès sur neuf à l’UFC via décision et qui évite 66,7% des tentatives de coups significatifs contre lui (personne ne fait mieux actuellement dans sa catégorie) a trouvé une source d’inspiration: son compatriote Leon Edwards, qui a détrôné Kamaru Usman pour s’emparer de la ceinture des welters, deuxième champion UFC britannique de l’histoire après Michael Bisping chez les moyens avec qui il partage souvent des séances. "S’entraîner avec quelqu’un comme Leon, partager le tapis avec lui, prendre ses conseils et le voir arriver au sommet et la façon avec laquelle il y est arrivé, ça te fait réaliser que tu peux le faire aussi, confirme Allen. J’ai déjà partagé l’entraînement avec des champions, comme Georges St-Pierre au Tristar Gym au Québec, mais voir quelqu’un de Grande-Bretagne le faire en partageant la salle avec lui au même moment est quelque chose de très spécial."

https://twitter.com/LexaB Alexandre Herbinet Journaliste RMC Sport