RMC Sport

Boxe: Arsen Goulamirian conserve sa ceinture WBA des lourds-légers aux points

Arsen Goulamirian

Arsen Goulamirian - AFP

Vainqueur aux points du Russe Aleksei Egorov, samedi soir au Cannet, le boxeur français Arsen Goulamirian a conservé sa ceinture mondiale WBA des poids lourds-légers.

Le Français Arsen Goulamirian a conservé sa ceinture mondiale WBA des poids lourds-légers en battant aux points le Russe Aleksei Egorov, samedi soir au Cannet (Alpes-Maritimes). La décision des trois juges a été unanime en faveur de Goulamirian (117-111 deux fois, 116-112), 35 ans, qui n'avait plus boxé depuis près de trois ans. Son palmarès est désormais de 27 victoires, dont 18 avant la limite. Le début du combat avait été dominé par Egorov, face à Goulamirian, tendu après trois ans d'attente et de reports de ses combats pour toutes sortes de raisons. Il était arrivé sur le ring avec une casquette kaki. Il n'y a pas eu d'hymne ou de drapeau russe mais son challenger officiel n'a pas été hué par le public du Cannet.

Il était "crispé"

"Ça fait du bien, mais je ne suis pas content, car après trois ans d'arrêt, j'étais crispé. Mais l'essentiel, c'est la victoire et je sais ce que je dois travailler, dans l'avenir, pour retrouver mon niveau", a dit Goulamirian, seul Français actuellement détenteur d'une ceinture mondiale en boxe. Le combat, suivi par près de 4.000 personnes dans la salle de La Palestre, a commencé à tourner à son avantage à partir de la sixième reprise, quand l'un de ses crochets du droit est arrivé en plein dans le visage du Russe, un peu ébranlé.

Mais Egorov, 31 ans, au gros palmarès chez les amateurs et invaincu en pros avant ce combat (onze victoires dont sept avant la limite), a continué à résister alors que le rythme augmentait, sous l'impulsion de Goulamirian. Celui-ci a commencé à gérer les deux dernières reprises, le résultat étant assuré. Egorov non plus n'avait plus boxé depuis longtemps. Son dernier combat, face au Tchèque Vasil Ducar, datait du 12 mars 2020 et il aurait dû affronter Goulamirian en décembre 2021 à Ekaterinbourg, mais le Français avait attrapé le Covid-19 quelques jours avant.

ABr