RMC Sport

Euro 2021: l'Italie écarte l'Autriche dans la douleur en prolongation et se hisse en quarts

Traînée en prolongation, l'Italie a arraché une victoire étriquée 2-1 face à l'Autriche, dans le cadre des huitièmes de finale de l'Euro 2021. La Nazionale fera face, en quarts, au vainqueur de Belgique-Portugal.

C'est la première "surprise" de la phase finale de l'Euro. L'Italie a dû batailler jusqu'en prolongation pour arracher la victoire 2-1 dans son huitième de finale de l'Euro 2021 face à l'Autriche, ce samedi soir à Wembley (Londres). Il a fallu que Federico Chiesa, 23 ans, rélévation de la Juventus cette saison, entre en jeu et réussisse un splendide enchaînement dans la surface pour délivrer les siens à la 95e minute. Dans la foulée, la Nazionale se donnait un peu plus d'air grâce à Matteo Pessina (105e), avant de trembler pour les cinq dernières minutes à cause de Sasa Kalajdzic (114e).

En mettant le second but international de sa carrière, Federico Chiesa s'inscrit un peu plus dans les pas de son père. 25 ans plus tôt, lors de l'Euro 1996 face à la Tchéquie, Enrico Chiesa était lui aussi parvenu à marquer le deuxième but de sa carrière avec le maillot national.

Arnautović avait pourtant marqué...

L'Italie est donc la deuxième équipe qualifiée pour les quarts de finale, après le Danemark qui a réalisé une démonstration face au pays de Galles. L'adversaire des Italiens sera le vainqueur du choc très attendu de dimanche soir entre la Belgique et le Portugal (21 heures).

Mais la Squadra Azzura, impressionnante tout au long de la phase de poules, a grandement déçu tout au long du temps réglementaire. Elle a même vécu un cauchemar pendant 130 secondes, soit le temps qu'il a fallu à l'arbitre et ses assistants vidéo pour annuler l'ouverture du score autrichienne de Marko Arnautović, à la 64e minute. Ce but de l'attaquant de 32 ans - qui n'avait pas manqué d'être démonstratif et véhément dans sa célébration - aurait puni la possession inefficace de la Nazionale. Elle venait d'ailleurs, par la faute de Domenico Berardi, de réduire à néant une superbe occasion de contre.

Certes, l'Autriche a fait un excellent travail en défense pour effacer tous les espaces dans l'axe. Mais les Italiens auraient dû faire mieux dans la construction des attaques, notamment au cours de la première période qu'ils ont terminée à 11 tirs contre 1. Ciro Immobile, très discret, a néanmoins failli faire la différence avec une frappe inattendue des 25 mètres qui s'est écrasée sur le cadre (32e).

Mancini peut s'appuyer sur son banc

Face à une sélection autrichienne aussi portée sur la défense, peut-être aussi que la titularisation de Marco Verratti, peu décisif dans les derniers mètres adverses, n'était pas la plus pertinente. Roberto Mancini l'a d'ailleurs sorti juste après la frayeur Marko Arnautović pour faire entrer Manuel Locatelli, homme du match face à la Suisse.

Ce changement s'est avéré payant, au vu du service tranchant du milieu de Sassuolo qui a permis à Leonardo Spinazzola d'être ensuite passeur passeur décisif sur le premier but. Plus globalement, le sélectionneur n'a pu que se satisfaire de la profondeur de son groupe, étant donné que Matteo Pessina et Federico Chiesa sont aussi sortis du banc. Par contre, il sera sans doute déçu d'avoir concédé un but, qui brise ainsi cette succession de clean-sheets qui durait depuis 11 matchs et plus précisément octobre 2020.

Le quart de finale de l'Italie contre le vainqueur de Belgique-Portugal aura lieu à Munich, vendredi 2 juillet à partir de 21 heures. En cas de victoire, la demi-finale du 6 juillet, à Londres, pourrait très bien être face à la France si elle s'y hisse.

https://twitter.com/julien_absalon Julien Absalon Journaliste RMC Sport