RMC Sport

Le coup de gueule d’Hubert Fournier, DTN à la FFF, sur l’arrêt du foot amateur

Deux semaines après l’annonce du reconfinement, le Directeur Technique National de la Fédération Française de Football s’inquiète de la situation pour les jeunes licenciés amateurs.

Une nouvelle décision qui ne passe toujours pas. Après les annonces gouvernementales, les jeunes pratiquants amateurs ont été forcé de ranger les crampons. Contacté par RMC Sport, Hubert Fournier, Directeur Technique National, s’insurge face à cette situation. "C’est dramatique. Incompréhensible. On garde une scolarité mais on n’a plus d’activités sportives. Ne serait-ce que le mercredi… Je suis frustré et déçu. Pour l’équilibre de nos enfants c’est bien d’avoir une scolarité mais c’est aussi important d’avoir une pratique sportive encadrée", précise l’ancien entraîneur de Lyon. Pourtant les clubs amateurs s’étaient déjà adaptés une première fois avec des mesures "très drastiques avec des enfants qui se changeaient même dans des voitures", ajoute le dirigeant de 53 ans.

"Le sport n’a pas été très défendu !"

Pour combler ce vide, la Fédération Française de Football maintient aujourd’hui des réunions hebdomadaires avec ces équipes. "On fait des visios avec nos écoles pour préparer la reprise. On n’a pas de visibilité sur la date de la reprise et comment... Le sport n’a pas été très défendu ! Ce sont quand même 20 millions de français qui sont concernés. Je ne vois juste pas pourquoi le sport a été mis à la marge" conclut le DTN.

Vers des rencontres amicales entre centres de formation ?

Si le secteur amateur à l’arrêt, le milieu professionnel semble lui épargné. "C‘est hyper rassurant. Ce n’est pas une période d’arrêt comme lors du premier confinement", se satisfait l’ancien défenseur. Mais la FFF souhaite là-aussi anticiper une éventuelle reprise des championnats en début d’année. "On va réfléchir à partir 15 novembre à organiser des rencontres amicales entre centres de formation, pour garder une forme d’opposition", explique Hubert Fournier. Satisfaite de la situation du football de haut-niveau, la Fédération souhaite donc relancer rapidement le monde associatif et amateur. Aujourd’hui, elle reste dans l’attente d’un éventuel assouplissement du confinement par l’Etat.

AP