RMC Sport

Mis en examen, Chabane a parlé aux joueurs avant Angers-Lille

Olivier Pickeu, manager général du SCO d'Angers, a pris la parole avant le coup d'envoi du match à domicile contre le LOSC ce vendredi, en ouverture de la 24e journée de Ligue 1. Il s'est exprimé sur la présence du président Saïd Chabane au stade, deux jours après sa mise en examen pour agressions sexuelles aggravées.

Deux jours après sa mise en examen pour agressions sexuelles aggravées consécutive à des plaintes de quatre salariés ou anciennes salariées du SCO d'Angers, le président Saïd Chabane s'est rendu au stade Raymond-Kopa pour assister au match de son équipe contre Lille, ce vendredi en ouverture de la 24e journée de Ligue 1. Il ne s'est pas publiquement exprimé, mais son manager général Olivier Pickeu a pris la parole au micro de Canal+ pour faire le point sur l'état d'esprit au sein de l'entreprise.

"Vouloir faire ce métier, c'est être prêt aux agitations. Bien entendu qu'il a fallu parler, rassurer les joueurs et l'ensemble des salariés du club. Mais je trouve que, dans un contexte aussi particulier, le groupe avec le staff ont montré beaucoup de force et de détermination. Dans une situation comme celle-là, je n'attendais pas autre chose de l'ensemble du club", a déclaré le bras droit du président.

"C'était important qu'il soit là"

Ce dernier a pris la parole dans la matinée de vendredi, selon Olivier Pickeu: "C'était important qu'il soit là et qu'on puisse partager ce moment de discussion avec lui. Je crois qu'il faut montrer beaucoup de pudeur pendant cette période et essayer, malgré la situation, de montrer du calme et de la sérénité."

L'existence des plaintes contre Saïd Chabane a été révélée mercredi par RMC. Les quatre plaignantes, parmi lesquelles une hôtesse, une secrétaire et une chargée de clientèle, avaient entre 20 et 25 ans au moment des faits déclarés, qui s'étalent de 2014 à 2019. Le procureur de la République a évoqué des "caresses très appuyées sur les parties intimes", mais pas de viols. Dans un communiqué mercredi, le club a assuré que l'industriel de 55 ans réfutait toutes les accusations et coopérait totalement à l'enquête.

JA