RMC Sport

OM-Strasbourg: Simakan, le jeune Marseillais qui a "la dalle"

Né à Marseille, passé par l'OM, Mohamed Simakan se révèle au plus haut niveau avec le maillot de Strasbourg. Avant le match de clôture de la 10e journée de Ligue 1 entre le club de sa ville et le sien, le Racing, ce dimanche soir au stade Vélodrome, RMC Sport a suivi les traces de ce défenseur de 19 ans promis à un grand avenir.

Il n’a que 19 ans et seulement 7 matchs de Ligue 1 dans les jambes avec le Racing Club de Strasbourg. Dimanche soir, sur la pelouse du Stade Vélodrome, les supporters de l’OM pourraient se mordre les doigts de voir Mohamed Simakan dans le camp visiteur. Né à Marseille, le prometteur défenseur central aurait dû se révéler dans sa ville. L’international U19 a évolué dans plusieurs clubs de Marseille, dont l’OM et Air Bel. Mais c’est en Alsace qu’il s’épanouit et s'affirme depuis le début de la saison. "Il est très loin mais on est fier", glisse Mafoudia, sa maman, du balcon de son appartement qui surplombe le quartier Saint-Loup, dans le 10e arrondissement de Marseille.

C’est là que tout a commencé pour Mohamed Simakan. Très émue en regardant les nombreuses photos de ses enfants ballon au pied, Mafoudia ne peut retenir ses larmes. Elle n’a rien oublié des petits chantages ("soulève le trophée et après tu auras le biberon"), ni des petites crises de jalousie entre Mohamed et son grand frère. "Pourquoi il joue au foot et pas moi ?" Voilà comment le petit Mohamed décroche sa première licence.

"On n’avait même pas de crampons"

Mais rien n’est simple. "On n’avait même pas de crampons, on nous en prêtait pour pouvoir jouer, se souvient Moussa, le grand frère du Strasbourgeois. Le voir à la télé aujourd’hui, c’est une fierté. Il a le caractère de mon père, il ne lâche rien. Il a la dalle."

-
- © -

Une saison à plus de 100 buts

Partout où il passe, Simakan est au-dessus du lot… au poste d’attaquant. Sur le terrain de l’ASC Vivaux-Sauvagère, son premier club, Ibrahima Touré, le cousin qui l’a toujours accompagné, se souvient: "Qu’est-ce qu’il claquait des buts! Offensivement, il était trop fort. Il y a même une saison où il a mis plus de 100 buts. Quand je vois qu’il a crocheté Verratti ou dribblé Neymar, ça ne me surprend pas parce que ces qualités, il les a depuis tout petit. Sa seule limite, c’est le ciel."

-
- © -

"L’OM n’a pas fait grand-chose pour le retenir"

Des qualités qui auraient logiquement dû le conduire au centre de formation de l’OM. Oui mais voilà… Si le jeune Simakan a passé trois ans dans le club phocéen, il claque la porte en 2015, à 15 ans. Une histoire de promesse non tenue. "Il devait signer un contrat aspirant, raconte un de ses proches. Finalement, ça ne s’est pas fait. La famille a décidé de quitter le club. L’OM n’a pas fait grand-chose pour le retenir."

Le coup est dur mais Simakan, très costaud mentalement, s’accroche. Et devient un solide défenseur. "Il a de très grandes jambes, témoigne Zaki Noubir, son éducateur avec les U17 du Sporting Club Air Bel, son dernier club avant de signer à Strasbourg. Quand un adversaire le passait, il avait toujours la faculté de récupérer le ballon. Même s’il avait un mètre de retard."

Alors quand Strasbourg est en quête d’un défenseur, Badou Sambagué, son agent, n’hésite pas. Et Simakan quitte Marseille pour rejoindre le centre de formation du Racing. "Sa force, c’est sa capacité à prendre chez les autres ce qui est bon, glisse le conseiller. En étant au contact de Kenny Lala, il le regarde, l’observe. Lala va échanger avec lui. Il sera capable de retranscrire tout ça sur le terrain." C'est d'ailleurs à la place de Lala, au poste inhabituel d'arrière droit, qu'il débute au plus haut niveau. 

-
- © -

"Je veux le voir au sommet, plus haut que Cristiano Ronaldo"

Aujourd’hui, en dépit des obstacles qui se sont placés sur son parcours, et notamment des blessures, Mohamed Simakan s’affirme de plus en plus dans la défense centrale à trois de Thierry Laurey. Et fait le bonheur de sa famille à Marseille. "Imbécile que tu es, je t’aime trop" lui lance sa maman lors d’une conversation vidéo. "Blondinet", chambre son frère, en voyant ses cheveux décolorés.

A quelques heures de retrouver l’OM et le stade Vélodrome, dimanche soir pour un match forcément particulier pour lui, Mohamed Simakan peut envisager l’avenir avec sérénité. Même si Mafoudia, sa maman, veille au grain et lui demande de ne jamais abandonner. "Le chemin a été très long mais il n’est pas seul. Il aura toujours notre bénédiction." Et en profite pour lui mettre un peu la pression.

"Je veux le voir au sommet, plus haut que Cristiano Ronaldo, son mentor. Pour moi, il n’a pas mis encore les deux pieds sur le terrain. J’ai envie de plus. Il faut du travail, du travail et encore du travail, il n’y a que ça qui paye." Une valeur que Mohamed Simakan a déjà bien intégrée.

Aurélien Brossier avec Florent Germain à Marseille