RMC Sport

Ligue 1: six choses à savoir sur Samuel Gigot, la recrue surprise de l'OM

Véritable star à Moscou, à peu près inconnu en France, Samuel Gigot vient de s’engager à Marseille, son club de cœur. Dernière étape d’un long périple loin de son pays pour ce joueur au parcours atypique. Présentation.

Le minot de la cité des Papes

Né à Avignon le 12 octobre 1993, le Vauclusien est un pur produit provençal, passé par les jeunes de la MJC Avignon et de l’US Le Pontet avant d’être formé par l’AC Arles Avignon. C’est dans ce club qu’il a signé son premier contrat professionnel en 2013. L’ACA est alors passé de Ligue 2 à la DRH en moins de deux ans. Relégation sportive, dépôt de bilan, rétrogradation administrative puis liquidation judiciaire, la descente aux enfers est un véritable cauchemar. Fini le football professionnel à Arles-Avignon, Samuel Gigot vogue vers d’autres horizons, plus lointains.

Supporter de l’OM depuis sa plus tendre enfance

Gamin, Samuel Gigot commence le football à l’âge de cinq ans seulement. Une évidence pour le jeune homme, qui baigne dans le sport depuis tout petit, et dont la vie est rythmée par une passion: l’OM. "Chez nous, c'est un truc de malade Marseille, c'est difficile à expliquer, mais notre père nous amenait au stade tout petit et nous avons baigné là-dedans", a raconté le frère Tony, l’aîné de la fratrie, qui aura appris ses gammes de débutant à la MJC aux côtés de Laurent Paganelli, selon La Provence. Moins doué pour le foot que Samuel, Tony Gigot empruntera un tout autre itinéraire.

Frère d’un crack du rugby à XIII

Si les deux frères ont commencé par le foot, leurs destinées se sont finalement séparées, Tony optant pour le rugby à XIII: "Je jouais au foot dans la catégorie au-dessus de mon frère et puis, à l'école, un copain du quartier, qui jouait au rugby à XIII, m'a dit d'essayer, raconte-t-il à France Bleu. Pour être avec tous mes copains, je suis allé au XIII et de fil en aiguille, j'ai adoré. Jusqu'à l'âge de quinze ans, je jouais encore aux deux et finalement, j'ai privilégié le rugby à XIII. Au foot, je n'étais pas très fort, mon frère si. Ça a marché pour lui au foot et pour moi au rugby à XIII, donc c'est très bien." L’ancien demi d'ouverture des Dragons Catalans (2010-2011 puis 2015-2019) en Super League (rugby à XIII) qui évolue désormais à Toulouse (promu en Super League cette saison) est un cadre de l’équipe de France de rugby à XIII.

Un parcours atypique

L’OM s’est empressé d’annoncer le transfert de sa nouvelle recrue en plein match, samedi, une méthode peu commune. Tout comme l’est le parcours de son nouveau joueur, atypique. Peu connu dans l’Hexagone en dehors de sa région natale, l’Avignonnais a quitté très tôt son pays pour s’aguerrir en se frottant à d’autres cultures. Arles-Avignon lui sert de tremplin pour filer en Belgique où il rejoint Courtrai, après la descente de l’ACA en National.

Le défenseur s’endurcit en Jupiler League où il brille dès sa première saison. Désigné meilleur joueur de la saison par les supporters de La Gantoise en 2017, Samuel Gigot attire le regard de clubs plus huppés. C’est alors qu’il choisit la Russie, où il atterrit à l’été 2018… en pleine Coupe du monde. À Moscou, sous les couleurs du Spartak, il s'est imposé comme un incontournable de l'assise défensive de son club.

Le saignant défenseur français a démontré durant son périple en Russie qu'il savait marquer (17 buts), et choisir ses occasions de le faire. Le premier doublé de sa carrière, Samuel Gigot l'a inscrit dans le chaud derby face au CSKA (2-1), le 19 août 2019. Une performance qui a été saluée comme il se doit par ses coéquipiers.

Un profil qui plaît en Ligue 1, où il n’a jamais joué

Joueur rugueux à la mentalité de guerrier, Samuel Gigot s’est imposé comme une valeur sûre en défense centrale. Polyvalent, il est capable de jouer au milieu devant la défense ou dans un couloir. L’Avignonnais a connu une progression régulière pour devenir un défenseur aguerri et régulier. S’il n’a encore jamais joué en Ligue 1, son profil plaît beaucoup à d’autres écuries de notre championnat de France, comme l'OL, qui l'avait déjà ciblé en 2020 et 2021, Nice ou encore Lille.

Il a muselé Harry Kane à Wembley

Les deux frères se sont distingués à Wembley à un an d’intervalle. En août 2018, les Dragons Catalans remportent la Cup, le premier trophée de leur histoire, mettant ainsi fin à 122 ans d’hégémonie anglaise. Dans l’antre du mythique Wembley, un Français écrit l’histoire en remportant le trophée de meilleur joueur de la finale: Tony Gigot. Ce que peu de gens savent en dehors des spécialistes, c’est que l’aîné a été devancé un an plus tôt par son frère, Samuel. Dans ce même stade, le cadet a lui aussi été désigné homme du match lors du seizième de finale retour de Ligue Europa entre Tottenham et La Gantoise (2-2), le 23 février 2017. Ce jour-là, devant 85.000 personnes, Samuel Gigot, titulaire au sein d’une défense à trois, réussit l’exploit de museler Harry Kane, qui inscrira un but… contre son camp.

QM