RMC Sport

MERCATO - OM : Imbula se laisse le temps de réfléchir

Gianelli Imbula

Gianelli Imbula - AFP

Selon nos informations, Gianelli Imbula et son entourage ont décidé de mettre en stand-by l’offre de l’Inter Milan, dont le milieu de terrain semblait très proche ces derniers jours. Alors que d’autres clubs se sont positionnés sur son dossier, Imbula souhaite s’accorder un délai de réflexion.

Tout paraissait bouclé ou presque. D’un côté, un OM qui s’est mis d’accord depuis deux jours avec l’Inter Milan sur un prêt avec une option d’achat obligatoire estimée à 19 millions d’euros. De l’autre, un Gianelli Imbula qui avait trouvé un accord avec le club italien il y a une semaine. Y avait plus qu’à, comme on dit. Sauf que la donne a changé. Et le dossier est relancé. L’entourage d’Imbula a ainsi décidé de mettre en stand-by l’offre de l’Inter. Le joueur demande désormais un délai de réflexion.

Selon une source proche de l’OM, son entourage n’aurait pas apprécié le comportement des dirigeants transalpins, qui n’ont plus donné de nouvelles au joueur pendant 72 heures, se concentrant sur d’autres dossiers avant de revenir sur lui. Si l’Inter continue de négocier avec Imbula pour essayer de le convaincre, la situation n’est pas simple car d’autres clubs se sont positionnés ces dernières heures et sont désormais entrés en contact avec l’OM et le joueur.

Une offre de Porto à hauteur de 22 M€

Porto a par exemple fait une offre à hauteur de 22 millions d’euros. La semaine dernière, Tottenham avait proposé 13 millions, une offre immédiatement refusée par le club marseillais. L’entourage du joueur sait également que des clubs anglais, et notamment les Spurs, pourraient accélérer sur le dossier en début de semaine prochaine. Bref, le joueur a l’embarras du choix et se laisse le temps de réfléchir. Le milieu de terrain ne veut pas se tromper, surtout à un an de l’Euro. Imbula envisage donc toutes les hypothèses, y compris celle de rester à l’OM, ce qui ne correspond pas à la volonté des dirigeants marseillais. Le feuilleton continue.

la rédaction