RMC Sport

Estanguet retient son souffle

-

- - -

Mercredi soir, les athlètes du village olympique désigneront les quatre nouveaux membres de la commission des athlètes du CIO. Le triple champion olympique de C1 fait tout pour en être, ce qui serait une première pour la France. Réponse jeudi.

Avec la fin des épreuves du judo et de la natation, le bilan des médailles françaises fait du surplace, et Tony Estanguet pourrait redonner un deuxième souffle au clan tricolore. Mercredi soir, il ne sera plus possible de voter pour l’élection à la commission des athlètes du CIO. La plus haute entité pour permettre aux sportifs de faire valoir leurs droits et, sans le dire, pour peser en faveur de leur pays quand il est, par exemple, candidat à l’organisation de grands événements. La France a déjà eu trois candidats (Douillet, Mauresmo et Dénériaz), mais zéro reçu. Mercredi soir, donc, clôture des urnes, et le lendemain à 15h, le CIO donnera le nom des quatre élus parmi les 21 concurrents. Suspense.

Depuis son troisième titre de champion olympique en canoë monoplace (C1), le Palois de 34 ans bat le pavé. Médaille d’or autour du cou, il va à la rencontre des athlètes au village olympique quand il n’est pas à l’athlétisme, à Wimbledon ou au triathlon. « Avec la médaille, ça passe plus facilement, plaisante-t-il, parce qu’on ne me connait pas vraiment. C’est plus facile pour engager la conversation. » Car il ne s’agira pas de se limiter aux voix acquises. Pour entrer dans le top 4, il faudra séduire 2000 à 2500 voix, et notamment les Américains et les Russes qui n’ont pas de candidats. D’ailleurs, selon nos informations, le CIO a rappelé à l’ordre certaines délégations, peu empressées d’aller aux urnes. Une petite étoile est rajoutée sur l’accréditation à ceux qui ont voté.

Fredericks : « Les athlètes feront le bon choix »

Le Français devra aussi passer l’obstacle incarné par l’Italien Antonio Rossi, autre céiste, ce qui signifie que les voix du canoë-kayak risquent de s’éparpiller. Une balkanisation à laquelle sont confrontées d’autres disciplines qui présentent plusieurs candidats : athlétisme (5), natation (2), aviron (2), taekwondo (2), tennis de table (2), tir (2).

Malgré sa médaille d’or et son palmarès exceptionnel, Estanguet parviendra-t-il à éviter les chausse-trappes ? « Les athlètes auront à choisir entre quelqu’un qui est déjà président de la commission européenne des athlètes (Rossi, ndlr) et quelqu’un qui a déjà prouvé qu’il œuvrait pour son sport, analyse Frankie Fredericks, l’ancienne gloire du sprint des années 90, aujourd’hui patron de la commission des athlètes du CIO. Je suis sûr que les athlètes vont faire le bon choix. »

Louis Chenaille à Londres