RMC Sport

Laporte : « Cet arbitre est un incompétent complet »

Bernard Laporte

Bernard Laporte - -

EXCLU RMC SPORT- Muet depuis la défaite de Toulon face à Grenoble (21-22) samedi, Bernard Laporte s’est emporté contre l’arbitre de cette rencontre, M.Cardona, qu’il a copieusement critiqué. « Il est nul à chaque fois », enrage-t-il.

L'arbitre de Toulon-Grenoble : « Un incompétent complet », « nul à chaque fois »

« Ce cher Laurent Cardona, cette ‘‘pipasse’’, on va en parler. Si on n’attaque pas, on va tous mourir. La raison de ma colère, ça n’a jamais été mes joueurs. Sur la dernière action, on fait une erreur stratégique. Quand on a un avantage, on arrête le jeu et on n’invente pas ce qu’on ne sait pas inventer. Mais ce n’est pas parce que nous avons commis une faute que l’arbitre doit en faire pendant 80 minutes. Ce que j’ai dit à cet arbitre, c’est que je ne peux plus cautionner qu’il nous arbitre. Il nous vole à chaque fois. Quand je dis ça, je ne vise pas Grenoble qui a fait un bon match. Il est nul pendant tout le match. Et il est nul avec Grenoble, Toulon, Toulouse… Il est nul tout le match. Quand c’est Cardona qui est désigné, tout le monde tremble. Si on continue de travailler dans un monde professionnel avec des amateurs, on va à la catastrophe. Il n’y comprend rien. Plus personne ne regarde, les gens s’en vont, les stades se vident. Il faut arrêter de se dire que tout va bien. »

« On m’a toujours dit qu’un arbitre doit être un facilitateur de jeu, ce n’est pas quelqu’un qui décide d’un match. Lui (Cardona), quand il vient dans le vestiaire, vous avez l’impression de recevoir le premier ministre. On tremble presque. Je veux bien comparer mon palmarès et le sien, ce qu’il a fait dans sa vie et la mienne. Ce qui m’agace le plus sur le terrain, c’est qu’il est nul, c’est un incompétent complet et tout le monde le dit. J’ai envie que le rugby avance dans le bon sens. Je n’ai pas envie qu’il avantage Toulon, j’ai envie qu’il soit bon. Il nous a volés l’année dernière à Clermont et j’estime qu’il nous vole encore. Je regrette qu’il soit toujours nul. Ces gens-là ne se rendent pas compte. Derrière tout ça, il y a des salariés et un président qui a fait de Toulon ce qu’il est aujourd’hui. Il n’y a pas que Toulon mais Toulon contribue beaucoup à la notoriété du rugby. Je voudrais que tout le monde ait ce souci de professionnalisme. Je ne peux plus supporter ces amateurs. »

La commission de discipline : « Elle est où, la logique ? »

« On va en parler des sanctions. Sébastien Tillous-Borde a marché sur un joueur de Montpellier et a été sanctionné quatre semaines. D’accord, ok. Sébastien Chabal met un marron devant tout le monde à un mec, il prend trois semaines. Elle est où, la logique ? Estebanez, le centre du Racing, met un coup de poing à Giteau, un coup de poing à Armitage, un coup de coude dans la tête de Wilkinson et là, il n’y a rien. Le commissaire à la citation n’a rien vu, l’arbitre de touche n’a rien vu et l’arbitre de centre non plus. On m’a dit que je pouvais citer mais qu’est-ce que c’est que ce système de délation ? S’il faut citer parce que les arbitres et les commissaires ne voient pas, c’est à eux d’arrêter, de démissionner. On a besoin de gens professionnels. Ce que l’on veut, c’est du professionnalisme et des règles nettes, claires et précises. »

Bientôt sanctionné ?

« Je ne joue pas, moi. Je ne mets pas de drop. Je suis déjà en tribunes, ils me mettront sur le toit de la tribune. Je ne supporte pas cette injustice. Je me dis : ‘‘Qu’est-ce qu’on fait là à travailler des heures à la vidéo ?’’ Après, il te siffle un truc en mêlée alors qu’il faut faire l’inverse. Et ça ne concerne pas que des actions contre Toulon, que ce soit clair. Castrogiovanni (pilier de Toulon) plonge comme dans une piscine et il n’est pas sanctionné. Ce n’est pas possible. »

Son « envie d'arrêter »

« J’avais envie d’arrêter samedi et j’ai bien fait de partir, sinon j’aurais été radié à vie. Je ne veux pas expliquer ma vie privée, chacun a ses contraintes. J’ai les miennes. Tous les messages des joueurs, du staff et du président samedi soir m’ont mis du baume au cœur. Je n’ai pas dormi de la nuit. Quand je suis venu à la séance vidéo dimanche, j’ai dit aux joueurs : ‘‘Si je suis dans cet état, ce n’est pas çà cause de vous’’. Je ne peux plus supporter pas que ce genre d’incompétent contrôle mes émotions. Je ne joue pas contre un arbitre. Or, aujourd’hui, on tremble quand on sait qui nous arbitre. Je me suis dit que si je partais, ce serait faire trop d’honneur à cet homme. Toute sa vie, il dira : ‘‘J’ai fait arrêter Bernard Laporte’’. Il ne me fera jamais arrêter. Je me suis dit qu’il ne fallait pas que j’aie un comportement égoïste puisque j’ai un contrat. Je suis avec un président (Mourad Boudjellal) qui a fait beaucoup pour ce club et qui tire le rugby vers le haut. Beaucoup de conneries sont dites à son encontre, mais pourvu qu’on ait que des présidents comme ça qui tirent le rugby vers le haut. J’ai parlé avec mes joueurs et je leur ai dit ce que j’avais sur le cœur. Tu as une impuissance totale et tu te demandes ce que tu fais là. Je serais mieux à Paris avec ma femme à faire autre chose. »

Son avenir

« A Toulon jusqu’à la fin de la saison ? Oui, c’est sûr et certain. J’ai un contrat jusqu’en 2015 et je le respecterai. Des joueurs se sont engagés parce que j’étais là. Après ? Ce sera compliqué et certainement que je rejoindrai Paris parce que ma vie est là-bas. Mais je n’ai pas envie qu’on focalise le club sur ma personne. Le président est beaucoup plus important à Toulon que Laporte. Je fais partie d’un groupe et d’un club que j’aime beaucoup. »

A lire aussi :

>>> Toulon et Boudjellal « douchés-coulés » par Grenoble

>>> Boudjellal : « Laporte en a marre »

>>> Les états d’âme de Laporte

La rédaction