RMC Sport

Athlétisme: agressé à l'échauffement, le Français Happio se qualifie pour les Mondiaux... avec un œil bandé

Wilfried Happio a été violemment agressé lors de son échauffement pour le 400m haies des championnats de France, ce samedi à Caen. Mais quelques minutes plus tard, un oeil bandé, il a remporté la course, record personnel à la clé, réalisant les minima pour les Mondiaux.

C'est une image assez folle. Vingt minutes après avoir été agressé à l'échauffement, le sprinter français Wilfried Happio a couru sous le chrono fixé pour participer aux Championnats du monde à Eugene (Etats-Unis, 15-24 juillet) et a été sacré champion de France du 400 m haies, ce samedi à Caen.

Oeil gauche recouvert par un pansement et caché par un bandeau, Happio (23 ans) s'est imposé en 48 sec 57, nouveau record personnel (49.01 jusque-là) et minima pour Eugene rempli (48.90).

La fédération va porter plainte

Selon les premières explications de son entraîneur, Olivier Vallaeys, le hurdler a été agressé sur le stade d'échauffement par un individu surgi "de nulle part" une vingtaine de minutes avant la finale du 400 m haies.

Avant le départ, Happio crachait encore du sang. Et il saignait du nez quand il a traversé la zone mixte quelques instants plus tard, répondant à quelques questions des journalistes.

Selon les premiers éléments, Happio a été agressé sur un stade annexe de la ville Caen. Les services de la ville étaient présents sur place et ont appelé la police municipale, très vite intervenue. L'individu a été interpellé, on ignore aujourd'hui les motifs de cette agression. Happio donc a couru sa finale avec un bandeau et un pansement au niveau de l'oeil. La Fédération Française d'Athlétisme va porter plainte dimanche. Pas précaution, Happio a été conduit ce samedi soir à l'hôpital.

"Il y a eu un gros incident à l'échauffement. Quelqu'un s'est jeté sur lui et l'a tapé, a expliqué à l'AFP et au quotidien L'Equipe Olivier Vallaeys, entraîneur d'Happio et responsable du 400 m, du 400 m haies et du relais 4x400 m pour la Fédération française d'athlétisme. Un mec qui venait de nulle part lui a demandé si c'était bien lui Wilfried Happio et s'est jeté sur lui. Moi je l'ai ceinturé. C'était 20 minutes avant la course, on était prêts à partir en chambre d'appel. On est sous le choc. Le mec a été interpellé. Wilfried va bien. Mais je suis sans voix, c'est de l'agression pure. C'est scandaleux. Ce sont des méthodes de sauvage."

RW avec VJ (et AFP)