RMC Sport

La veuve de Kobe Bryant trouve un accord, fin des poursuites après l'accident d'hélicoptère

Vanessa Bryant et les autres familles de victimes ont conclu un accord avec la compagnie de l’hélicoptère qui s’est crashé le 26 janvier 2020 sur les collines de Los Angeles causant la mort de Kobe Bryant, de sa fille et de six autres personnes.

Vanessa Bryant, ses enfants et les proches des autres victimes ont déposé mardi un avis d'accord auprès d'un juge fédéral, pour régler les poursuites engagées contre la compagnie de l’hélicoptère, qui s’est crashé dans les collines de Los Angeles le 26 janvier 2020. S'il est approuvé par le tribunal, cela mettrait fin à une action en justice pour négligence et mort injustifiée contre les successeurs du pilote, Ara Zobayan, l’exploitant de l’hélicoptère Island Express Helicopters Inc. et son propriétaire, Island Express Holding Corp. Les termes de cet accord sont confidentiels.

Vanessa Bryant
Vanessa Bryant © AFP

Kobe Bryant, sa fille Gianna âgée de 13 ans et six autres passagers avaient pris place dans l’appareil pour se rendre à un tournoi de basket-ball pour les jeunes à sa Mamba Sports Academy. Pris dans un épais brouillard, le pilote Ara Zobayan avait brusquement pris de l’altitude pour s’extirper des nuages lorsque l'hélicoptère Sikorsky S-76 a plongé dans les collines de Calabasas en contrebas, tuant instantanément les neuf personnes à bord avant que les flammes n'engloutissent l'épave.

Les autres personnes décédes dans l'accident étaient un entraîneur de baseball, John Altobelli, sa femme Keri et leur fille Alyssa, Christina Mauser, qui a aidé Bryant à entraîner l'équipe de basket-ball de sa fille, Sarah Chester et sa fille Payton.

Le pilote mis en cause

Le National Transportation Safety Board a publié un rapport en février qui blâmait l'erreur du pilote pour l'accident. Le NTSB avait déclaré qu'une série de mauvaises décisions avaient conduit Zobayan à voler aveuglément avant d’être désorienté au point qu'il pensait prendre de l'altitude alors que l'engin plongeait.

Elle reprochait également à Island Express Helicopters Inc. un examen et une surveillance inadéquats des questions de sécurité. Elle pointait du doigt une mauvais formation de Zobayan et que le pilote avait été imprudent et négligent de voler dans le brouillard et aurait dû interrompre le vol.

Island Express Helicopters a nié toute responsabilité. Il a poursuivi deux contrôleurs aériens de la Federal Aviation Administration, affirmant que l'accident avait été causé par leur "série d'actes erronés et/ou d'omissions". L'entente de règlement n'inclurait pas la contre-poursuite contre le gouvernement fédéral.

NC