RMC Sport

NBA: la Basketball Africa League, outil de développement pour l’Afrique

NBA

NBA - AFP

A quelques semaines du lancement de la Basketball Africa League (BAL) en partenariat avec la NBA, son président était à Paris au siège de l'Agence française de développement (AFD). Il a insisté sur cette formidable opportunité "de promouvoir les jeunes talents africains" et par extension tout un continent.

Le basketball africain n’est désormais plus qu’à quelques semaines de sa révolution. En mars 2020, une nouvelle compétition panafricaine verra le jour: la Basketball Africa League (BAL). Ce projet porté par la NBA, en collaboration avec la Fédération internationale de Basket (FIBA), réunira les douze meilleures équipes du continent.

Six d’entre-elles ont été déterminées à la suite de la phase de qualifications "Elite16" débutée en octobre 2019: GS Pétroliers (Algérie), AS Police (Mali), FAP (Cameroun), Patriots BBC (Rwanda), GNBC (Madagascar), Ferroviaro de Maputo (Mozambique). Ces équipes ont rejoint les champions d’Angola (Pedro Luanda), du Maroc (AS Salé), de l’Egypte (Zamalek), du Nigeria (Rivers Hoopers), de la Tunisie (US Monastir) et du Sénégal (AS Douanes). Il y aura six équipes dans chaque conférence, le final four et la finale ayant lieu à Kigali, au Rwanda.

>> Cliquez ici pour vous abonner à RMC Sport et beIN Sports

L'Afrique, un continent au "potentiel immense"

Présent à Paris au siège de l’Agence française de développement (AFD), le président de la BAL, Amadou Gallo Fall, qui est aussi le directeur général de NBA Afrique, est revenu sur ce projet. Le tout quasiment dix ans jour pour jour après la création de NBA Africa, le 10 février 2010. "NBA Africa a été un précurseur, et la BAL est l’aboutissement de ce long processus. Tant de joueurs africains ont balisé le chemin et ont apporté leur contribution aux Etats-Unis", s’est-il réjouit.

La formation est au cœur de cette nouvelle ligue qui se veut être bien plus qu’une simple compétition. "C’est un continent avec un immense potentiel, et il avait besoin de cette plateforme pour donner à ces talents une opportunité de s’exprimer, analyse Amadou Gallo Fall. Nous voulons promouvoir ces joueurs, mais pas seulement. Il s’agit aussi des arbitres, des organisateurs, des fédérations, des personnes en charge du commercial, de la communication, de la diffusion… C’est tout cet écosystème que nous allons créer". Le président de l’AFD – qui est également partenaire – Rémy Fioux, abonde en ce sens: "Il y a potentiel incroyable d’histoire, de dialogue avec la jeunesse qui représente le sport. En 2050, la moitié de la jeunesse du monde viendra d’Afrique. Il est urgent de parler à cette population pour tout un tas de raisons".

"Le projet de la NBA en Afrique, c'est du long terme"

Et pour favoriser ce vivier africain, un certain nombre de quotas ont été mis en place. Chaque équipe aura 16 joueurs, dont deux maximum non-africains. Il faudra garnir l’effectif de huit joueurs minimum venant du pays du club, avec quatre maximum d’une autre nation africaine. Et aussi, à terme, l’idée de faire progresser les sélections nationales.

La mise en place de la BAL est une manière supplémentaire de renforcer et de réitérer les liens forts entre la NBA et l’Afrique, d’où des dizaines de joueurs sont originaires. Elle sera, de fait, la première ligue estampillée NBA en dehors de l’Amérique du Nord. "L’Afrique est un grand marché, mais il faut la regarder à sa pleine mesure. Le projet de la NBA en Afrique, c’est justement du long terme, ce n’est pas juste vendre des t-shirts ou des ballons, avance Rémy Rioux. L’intérêt de leur compétition c’est de contribuer au développement, avec une compréhension profonde".

De gros défis attendent la BAL, mais l’optimisme est de rigueur. "Il faut développer l’expertise de la NBA à l’échelle locale, apprendre comment gérer et organiser une ligue, et commercialiser le produit", détaille Amadou Gallo Fall. Pour être vendue, la ligue doit se pérenniser. "C’est pour cela que nous investissons beaucoup pour aider les clubs à se professionnaliser", conclut celui qui se veut être le porte parole de ce gigantesque projet.

JD avec Arnaud Valadon