RMC Sport

Guimard : « Les Français ne doivent pas se poser de questions »

Cyrille Guimard

Cyrille Guimard - -

Après 14 étapes, aucun coureur français n’a encore levé les bras sur ce 100e Tour de France. Notre consultant Cyrille Guimard estime que les Tricolores ne déméritent pas mais tremblent au moment de conclure.

Malgré la présence de Gautier, Kadri, Simon et Vichot dans l’échappée, les Français ont été incapables de glaner leur première victoire sur ce 100e Tour de France, samedi à Lyon. Longtemps promise à Julien Simon (Sojasun), la victoire est finalement revenue à l’Italien Matteo Trentin. Cyrille Guimard, membre de la Dream Team RMC Sport, pense que les Français ont peur de gagner : « Nous sommes tristes pour nos Français sur ce Tour de France. On y croyait dans cette échappée de la journée. Ils ont fait tout ce qu’il fallait, ou presque. Il manquait le 1% qui fait que vous gagnez ou que vous perdez.

Julien Simon en a fait la triste expérience. Il est sorti du groupe de tête à un peu moins de 15 kilomètres de l’arrivée. Le coureur de Sojasun a creusé des écarts mais il se fait rejoindre sous la flamme rouge symbolisant le dernier kilomètre… Julien Simon était le plus rapide dans ce final. Il aurait dû se découvrir seulement dans les 300 derniers mètres. Mais il a certainement eu peur que quelqu’un sorte dans le dernier kilomètre et le prive de victoire. Il ne faut pas se poser de questions. A partir de ce moment-là, on pouvait espérer une autre réaction des coureurs français comme Vichot, Gautier ou Kadri mais pas du tout.

« Le public a une influence »

C’est une déception pour les Tricolores car nous avons cru à la victoire. Nous sommes passés à côté. Quand on veut tellement gagner, on fait la petite erreur ou la petite faute qui fait que celui qui n’a pas cette appréhension de la défaite l’emporte. C’est la course. Beaucoup de sportifs n’arrivent pas à conclure et se retrouvent inhibés, au moment du dernier geste ou du dernier effort. Malheureusement, dans ce final d’étape, les Français ont tremblé. Dans la tête, on ne sait plus quoi faire. On n’a tellement peur de rater la bonne accélération qu’on la fait un tout petit peu trop tôt.

Il faut toujours essayer de comprendre un échec. Les coureurs sont sensibles à tout ce qui peut être dit. Donc, forcément, aucune victoire française sur ce Tour de France ne fait que réfléchir les coureurs. Nous faisons du sport pour être reconnus. Le public a une influence sur le fonctionnement, le comportement et l’adrénaline. Il faut savoir rester calme. Julien Simon perd le maillot jaune à Ajaccio pour une seconde. Il ne faut pas l’oublier. »

A lire aussi :

>> Tour de France : Trentin écœure les Bleus

>>

>>

Intégrale Sport