RMC Sport

Corchia chez les Bleus, surprenant ? Pas vraiment

-

- - -

Didier Deschamps a fait sensation ce jeudi en retenant le Lillois Sébastien Corchia, 25 ans, dans sa liste des 23 Bleus convoqués pour le match amical face à l’Italie (1er septembre) et la rencontre éliminatoire pour le Mondial 2018 contre la Biélorussie (6 septembre). Mais la présence du latéral droit est-elle si surprenante que ça ? Eh bien non…

Il profite des absences de Sagna et Jallet

La présence de Sébastien Corchia, tout comme celle de Djibril Sidibé, s’explique tout d’abord de façon logique. Les deux latéraux ayant participé à l’Euro 2016, Bacary Sagna et Christophe Jallet, sont actuellement blessés. C’était donc le bon moment pour lancer dans le grand bain international le latéral droit, d’autant que sur son côté, les Bleus ne croulent pas sous les candidats. « Ce sont des jeunes joueurs même si Djibril était dans les réservistes. Ce sont deux joueurs qui ont un potentiel intéressant, insiste Deschamps. Ils sont amenés à avoir du temps de jeu. Après la concurrence sera plus ou moins importante en fonction de la disponibilité des autres ». Et peu importe le manque d’expérience internationale. « Ça me semblait important dès le départ de donner de l’importance, du temps de jeu, des responsabilités à des plus jeunes, justifie Deschamps. Ce n’est pas en les prenant dans le groupe et en ne les faisant pas jouer qu’ils vont s’aguerrir donc j’ai pris cette décision »

Adoubé par Thiago Silva

Quand le meilleur défenseur de votre championnat fait votre éloge, quitte à faire du lobbying pour vous en vue d’un éventuel transfert, cela vous un pose un homme. Peu de temps avant le Periscope de Serge Aurier, Thiago Silva vantait les mérites de l’ancien Sochalien dans les colonnes du Parisien. « Je pense que Sébastien Corchia a beaucoup de qualités. Nous avons deux très bons latéraux à droite, Van der Wiel et Aurier. Si un des deux fait le choix de partir, je pense que si Paris veut acheter un joueur en France, c’est lui qu’il faut prendre. » Finalement, le club de la capitale engage le Belge Thomas Meunier. Mais son appel en sélection pour les matches en Italie et face à la Biélorussie ce jeudi aura donné beaucoup de relief aux propos d’O’Monstro.

C’était attendu depuis des mois

Depuis ses débuts chez les pros, au Mans, Sébastien Corchia n’a cessé de gravir les échelons. Ceux du temps de jeu d’abord. Puis des responsabilités sur le terrain. Enfin du changement de statut. L’Espoir, qui en a même porté le brassard de capitaine, est devenu un joueur confirmé de Ligue 1 (208 matches, 9 buts). « C’est un joueur que tout entraîneur aimerait entraîner. Il est dans une progression constante depuis quelques années », relève son coach à Lille, Frédéric Antonetti. L’ancien technicien bastiais a comme, René Girard et Hervé Renard avant lui, accorder toute sa confiance à Sébastien Corchia et ce dernier le lui a rendu. Au point d’être régulièrement pré-convoqué en Bleu… « Aujourd’hui il a 25 ans et 25 ans c’est le bon âge pour rentrer en Equipe de France. Après ça ne dépend que de lui d’y rester ».

Deschamps avait déjà pensé à lui en mars dernier

Nous sommes le 17 mars dernier. Didier Deschamps dévoile sa liste pour les matches amicaux face aux Pays-Bas et à la Russie. Lorsqu’on le questionne sur le cas de Sébastien Corchia, en vue avec Lille, voilà ce que répond le sélectionneur : « Aujourd’hui, il est difficile pour moi de me projeter sur d’autres joueurs sur le niveau international. Corchia ? Il est blessé, malheureusement pour lui... et pour encore quelques semaines. » Autrement dit, s’il n’avait pas été blessé à ce moment-là, l’ancien Sochalien aurait déjà pu goûter aux joies d’un rassemblement avec les Bleus. S’il a finalement raté le train de l’Euro, Corchia s’est vu invité à prendre le suivant. Direction le Mondial 2018 et la Russie. Au Lillois de monter dans le bon wagon. Et de ne plus en descendre.