RMC Sport

De quoi souffre Gomis ?

Malaise vagal pour l'attaquant tricolore ? Selon un cardiologue, il serait préférable de pousser les examens avant d'aligner le joueur samedi contre les Îles Féroé.

Malaise vagal pour l'attaquant tricolore ? Selon un cardiologue, il serait préférable de pousser les examens avant d'aligner le joueur samedi contre les Îles Féroé. - -

L’attaquant international a été victime d’un malaise à l’entraînement mercredi. Le joueur lyonnais est sujet à de tels troubles pour la troisième fois cette saison. Un médecin spécialisé, joint par RMC Sport, dément qu’il puisse s’agir d’un malaise vagal comme l’affirment le staff des Bleus et de l’OL.

La première fois que Bafétimbi Gomis a perdu connaissance remonte au 2 août dernier, lors d’un match amical de Lyon face à la Corogne. La semaine dernière, lors d’un footing avec ses partenaires, le buteur de l’OL avait été de nouveau victime d’un malaise. Le club n’avait toutefois pas jugé nécessaire d’interrompre les activités physiques du joueur. Claude Puel évoquait au sujet de son attaquant un malaise vagal, théorie relayée depuis par le staff médical de l’équipe de France. Une interprétation que ne reprend pas le professeur Gilles Grollier, cardiologue et responsable du Pole Cœur au CHU de Caen, joint par RMC Sport mardi soir.

« Un malaise vagal, quelque soit la personne, sportive ou pas, est un malaise causé par le stress et qui survient après l’effort, affirme ainsi le cardiologue. Si cet incident se produit pendant l’effort, on ne peut plus parler de malaise vagal. Cela mérite des analyses complémentaires, notamment cardiologiques. On peut se poser des questions. »

Le professeur Grollier a fait le parallèle avec le malaise du président de la République Nicolas Sarkozy, survenu cet été lors d’une séance de jogging. « Là non plus on ne peut parler de malaise vagal. Il s’agissait d’un effort survenu pendant une période de stress, avec ralentissement cardiaque et baisse de tension. »

Interrogé sur les conséquences d’une perte de poids programmée par Bafé Gomis après son transfert de Saint-Etienne à Lyon, le spécialiste a admis un possible lien de cause à effet : « C’est tout à fait possible qu’une perte de poids entraîne un malaise cardiaque, dans un contexte de surentraînement et de fatigue. »

Et de conclure en mettant en garde le personnel médical des Bleus et du club : « Je pense que c’est relativement dangereux de le faire jouer. Si j’avais un conseil à donner à l’entraîneur de ce joueur, ce serait de l’examiner correctement avant de le remettre sur un terrain. »

La rédaction-Intégrale Foot Made in Di Meco