RMC Sport

Euro 2016, Gignac : "Ce poteau va me hanter toute ma carrière et même après"

-

- - -

Deux mois après la finale de l’Euro 2016 perdue face au Portugal (0-1 ap), André-Pierre Gignac a évoqué le souvenir de sa frappe sur le poteau à la 92e dans Téléfoot sur TF1. Une action qui aurait pu offrir le titre à la France et que l’attaquant des Tigres a beaucoup de mal à digérer.

C’est une frappe qui aurait pu entrer dans la légende. Et plonger la France dans l’ivresse. Mais le destin a choisi que ce ballon d’André-Pierre Gignac finisse sur le poteau le 10 juillet dernier au Stade de France. A la 92e minute de cette finale maudite face au Portugal. Avant le but d’Eder, les larmes et les regrets. Une action que l’attaquant des Bleus n’a pas digérée, deux mois plus tard.

>> VIDEO - Euro 2016, la frappe de Gignac sur le poteau en finale

« Honnêtement, ce fut très dur la première semaine, confie-t-il à Téléfoot sur TF1. Tu te remémores sans cesse l’action, le moment où le ballon tape le poteau, où il peut rentrer ou revenir sur Antoine (Griezmann). Ce n’est pas facile les premiers jours et les premières semaines. A vrai dire, je pense que ça va me hanter toute ma carrière et même après. C’est un fait de jeu. C’est le football, c’est comme ça. On ne peut rien y faire. J’aurais préféré qu’elle soit au fond, comme tous les Français je pense. »

Gignac : « J’ai pensé à la joie de mes coéquipiers… »

Et comme tous les Français, il a rejoué la scène dans sa tête des centaines de fois. En s’imaginant héros de la nation. « Les trois, quatre premiers jours, j’en ai fait des cauchemars, assure le buteur des Tigres. Les trois premières nuits, j’ai dormi une petite demi-heure. J’ai pensé qu’elle rentrait, qu’on gagnait l’Euro, qu’on fêtait ça tous ensemble. J’ai pensé aussi à la joie de mes coéquipiers sur le possible but à la 92e. (…) Je peux vous dire que ça a été très difficile. Le Français lambda qui aime le football, je ne pense pas qu’il s’imagine ce qu’on peut vivre les semaines qui suivent un poteau en finale de l’Euro, dans notre pays, qui aurait pu nous donner cette victoire. »

>> Lille : deux mois après la finale de l'Euro, Eder est "un peu désolé"

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Rédacteur