RMC Sport

Evra, le dérapage de trop ?

Patrice Evra

Patrice Evra - -

Offensif à l’égard de plusieurs journalistes, Patrice Evra sera prochainement entendu par Didier Deschamps et Noël Le Graët. Le joueur pourrait être suspendu si les instances estiment qu’il a rompu la charte établie pour les Bleus.

Didier Deschamps se serait sans doute bien passé de cette sortie médiatique. D’ordinaire peu enclin à la parole, Patrice Evra a finalement rompu le silence. Et de quelle manière… C’était ce dimanche dans Téléfoot. Extraits : « Ce ne sont pas ces clochards qui vont salir mon image », « il faut arrêter ces parasites ». Dans le viseur de l’arrière gauche de Manchester United, les consultants, et notamment certains anciens joueurs – comme Luis Fernandez et Bixente Lizarazu, aujourd’hui passés de l’autre côté. Patrice Evra a-t-il franchi la ligne jaune ? Très certainement. Mérite-t-il d’être rappelé en équipe de France ? Chacun se fera son opinion. Toujours est-il que Noël Le Graët et Didier Deschamps ont décidé de convoquer le joueur pour « s’expliquer » sur ses déclarations. Tout en précisant « qu'aucune attaque n'avait été formulée à l'encontre de la FFF ».

La charte évolutive, mise en application après l’Euro 2008 et renforcé après la Coupe du monde 2010 et l’Euro 2012, a-t-elle été bafouée ? Là aussi, le texte est à la libre interprétation de chacun. « Vos comportements, vos attitudes et vos propos, peut-on lire, façonnent votre image relayée auprès du grand public par les médias, compagnons de route incontournables et indispensables. Par eux passe cette image, que vous renvoyez au pays tout entier : avec eux aussi, soyez pros. » Un texte remis au goût du jour après le double dérapage verbal de Samir Nasri lors de l’Euro, lui qui avait notamment insulté un… journaliste à l’issue de la rencontre des Bleus contre l’Espagne.

Deschamps : « Je ne peux faire le procès ni de l'un, ni de l'autre »

Didier Deschamps avait pourtant prévenu ses troupes avant de s’envoler en Amérique du Sud cet été. « Si à un moment j’estime qu’un joueur met en danger l’équilibre collectif, ils le savent, je prendrai une décision. C’est valable pour tout le monde ». Invité à s'exprimer sur le sujet dans le Canal Football Club, Didier Deschamps n'a pas donné de piste quant à une éventuelle sanction, refusant néanmoins de lyncher son joueur en public : « Je regrette les propos tenus par Patrice Evra. J’ai découvert le contenu de l’interview ce matin pendant l’émission. Même si je peux comprendre sur le fond ce qui l’amène là, c’est un problème de personnes entre Patrice Evra, Pierre Ménès et les trois autres (Fernandez, Courbis et Lizarazu, ndlr). Je suis désolé qu’il ait tenu de tels propos. Tout au plus peut-il les penser, mais de là à le dire… Je ne peux faire le procès ni de l’un, ni de l’autre. C’est un dérapage et ça n’excuse pas la teneur de ses propos. »

Montré du doigt après le fiasco de Knysna, le capitaine de cette équipe de France refusait de parler à la presse et tenait jusqu’à présent parole, lui qui ignorait les journalistes après les rencontres des Bleus. Le silence est désormais rompu. Le timing, particulièrement malheureux. Deux victoires contre l’Australie (6-0) au Parc des Princes et contre la Finlande au Stade de France (3-0). Des buteurs de nouveau en réussite. Un Samir Nasri repenti. Des joueurs disponibles et souriants à l’issue de ces deux rencontres. Et surtout, une qualification pour les barrages officialisée à l’issue de ces deux matchs d’octobre. Tous les voyants étaient au vert alors que se profile les barrages. Même les sondages d’opinion, pourtant défavorables il y a quelques jours, auraient pu révéler un tout autre ressenti après ces deux belles prestations. Mais c’était sans doute trop beau pour être vrai. Ce n’est pas Patrice Evra qui dira le contraire.

A lire aussi :

>>> Toutes les réactions

>>> Riolo : « Evra, tais-toi ! »

>>> En vidéo : Tout ce qu'Evra n'a pas dit

Pierrick Taisne