RMC Sport

Six mois pour trois millions !

-

- - -

Fernand Duchaussoy l’a assuré à RMC Sport : le dossier des primes de l’équipe de France est sur le point d’être (enfin) refermé. Tous les joueurs qui ont participé à la Coupe du monde en Afrique du Sud, sauf Nicolas Anelka, y renoncent. La FFF récupère trois millions d’euros.

Signer les chèques, autoriser les virements. Il ne reste que cette dernière étape pour qu’une partie des affres de Knysna soit évacuée. Sur les 23 joueurs présents à la Coupe du monde en Afrique du Sud au mois de juin dernier, 22 ont confirmé à la FFF leur intention de renoncer aux primes liées aux droits d’image. « Tous, sauf Anelka » a résumé vendredi pour RMC Sport Fernand Duchaussoy, qui va récupérer trois millions d’euros avant de les redistribuer.

Six mois après le boycott de l’entraînement et la pathétique image du bus aux rideaux tirés, les Bleus s’apprêtent à reverser environ 140 000 euros chacun. A Wembley, le 16 novembre, le président de la FFF avait pourtant déjà annoncé que tout était réglé. « Le président a autre chose à faire que d’aller faire signer des papiers à des joueurs, a-t-il regretté. Mais comme il y avait une incompréhension, j’ai essayé de clarifier le dossier. J’ai réuni les joueurs avec Laurent Blanc pour expliquer ce qu’on souhaitait faire. On s’est tous mis d’accord. »

La FFF n’arrivait pas à joindre les joueurs

Enfin, presque. En début de semaine, l’affaire a ressurgi avec le refus présumé de Thierry Henry et Nicolas Anelka, révélé par Libération. « C’était totalement faux » selon le président de la FFF, qui rappelle que « ce ne sont pas des gens qu’on arrive à avoir facilement au téléphone ». Fernand Duchaussoy a fini par joindre le second, qui a répondu par la négative. « C’est contractuel, il doit laisser l’argent volontairement, a-t-il précisé. S’il ne veut pas, on ne peut rien faire. J’ai tout lieu de croire qu’il va en faire bon usage. »

L’attaquant de Chelsea, qui a annoncé vouloir donner l’argent à parts égales entre le football amateur, une association tournée vers les jeunes et une œuvre sociale, n’a toutefois pas tous les torts. « C’est vrai qu’il a été l’un des derniers à être contactés, a reconnu Fernand Duchaussoy. Il a trouvé que c’était trop long, qu’on aurait dû le faire avant. Nicolas Anelka a toujours fait ce qu’il a voulu. Il est fidèle à son image. » La Fédération aura beaucoup à faire en 2011 pour restaurer la sienne.

Laurent Picat avec Antoine Arlot