RMC Sport

Chants racistes lors de Bulgarie-Angleterre: le président de la fédération bulgare démissionne

Le président de la fédération bulgare de football, Borislav Mihaylov, mis en cause par son gouvernement après des chants racistes lors du match Bulgarie-Angleterre (0-6) lundi soir, a présenté mardi sa démission, a indiqué la fédération.

Des supporters bulgares avaient pris pour cible des joueurs noirs des Trois Lions lundi lors d'un match de qualification à l'Euro 2020 à Sofia lourdement perdu par la Bulgarie face à l’Angleterre (0-6). Mardi matin, le Premier ministre bulgare Boïko Borissov avait réclamé la "démission immédiate" de M. Mihaylov.

Au lendemain de la rencontre, les deux Premiers ministres, Boris Johnson et Boïko Borissov, avaient réagi avec fermeté. Le premier ministre bulgare avait réclamé la "démission immédiate" du président de sa fédération de football, Borislav Mihaylov. Un souhait exaucé quelques heures plus tard. "Il est inadmissible que la Bulgarie, l'un des pays les plus tolérants du monde, soit associé à la xénophobie, alors que des personnes d'ethnies et de religions différentes y vivent ensemble en paix", avait écrit sur sa page Facebook le chef du gouvernement.

Johnson met la pression sur la Bulgarie

Johnson avait lui dénoncé ce mardi des actes racistes "ignobles" contre les joueurs noirs de l'équipe d'Angleterre, appelant à des sanctions, a indiqué Downing Street. "Le racisme que nous avons vu et entendu hier soir était ignoble et n'a aucune place dans le football, a déclaré un porte-parole. Nous soutenons les appels de la fédération de football en faveur d'une enquête urgente suivie de punitions fermes", a-t-il ajouté. Et d'insister: "L'UEFA doit regarder les faits. Cette tâche sur le football n'est pas traitée de manière adéquate. Il faut débarrasser une fois pour toute le football du racisme et de la discrimination."

Borissov avait également ordonné la rupture de tout lien, y compris financier, avec la fédération bulgare de football, suite à cette "honteuse défaite", jusqu'à ce que la démission de M.Mihaylov, soit effective. Lundi soir, Mihaylov n'avait pas réagi à la défaite, et surtout n'avait pas dénoncé les chants racistes ou les gestes nazis qui avaient émaillé la rencontre, quittant le stade avant la fin du match. Le stade Vassil-Levski était déjà frappé d'un huis-clos partiel pour ce match en raison d'insultes racistes contre le Kosovo en juin.

MI avec AFP