RMC Sport

Les temps forts de la carrière de Cruyff

Johan Cruyff

Johan Cruyff - AFP

Johan Cruyff n’est plus. Décédé des suites d’un cancer à 68 ans, il était l’un des joueurs et entraîneurs les plus légendaires, et laisse derrière lui un héritage conséquent au monde du football. Retour sur les moments clés du parcours de l’homme « total ».

1971 : Le premier titre européen avec l’Ajax

L’attaquant est finaliste de la coupe d’Europe des clubs champions avec Amsterdam en 1969 pour la première fois, mais s’incline 4-1 face à un Milan AC solide. Deux ans plus tard, l’Ajax sort enfin vainqueur de sa finale face à l’Atletico Madrid (3-1). Cruyff enchaînera en remportant deux autres C1 les deux années suivantes.

1971-1974 : Son premier Ballon d’Or

Au cours de sa carrière, Cruyff est l’heureux vainqueur de trois Ballons d’Or. Le premier en 1971 alors qu’il est joueur à l’Ajax. Il gagnera les deux autres en tant que joueur du FC Barcelone en 1973 et 1974. Il est avec Michel Platini, et derrière Lionel Messi, le joueur à avoir le plus de Ballons d’Or.

1973 : Son transfert à Barcelone

En 1973, il rejoint le FC Barcelone et permet au club de remporter son premier championnat en quatorze ans. Grâce à ses 16 buts en 26 rencontres, les Blaugranas s’imposent lors de chaque match de Liga cette saison-là. Il restera quatre années de plus au club et révolutionnera le jeu du Barça.

1974 : Une finale de Coupe du monde ratée 

Cruyff a beau être une légende, il n’en a pas moins été maudit et n’a jamais remporté le seul titre qui lui manquait : la Coupe du monde. Finaliste du Mondial 1974, il dispute une finale cauchemardesque au cours de laquelle l’Allemagne, menée 1-0, reprend le contrôle du match pour venir à bout des Pays-Bas 2 buts à 1. En 1978, il ne fait pas partie du groupe néerlandais qui dispute la Coupe du monde en Argentine pour trois raisons différentes qui n’ont jamais été clairement établies.

1979 : L’exil aux Etats-Unis 

A la fin des années 70, les Etats-Unis sont l’eldorado des stars de la planète foot comme Franz Beckenbauer ou Pelé (New-York). Johan Cruyff n’y échappe pas en rejoignant les Los Angeles Aztecs pendant une saison, avant un transfert aux Washington Diplomats. Un exil « flop » qui n’est pas resté gravé dans les mémoires des adorateurs du Néerlandais.

1992 : La C1 avec Barcelone 

En terme de révolution, Cruyff est un maître. Il a su imposer un football « total » basé notamment sur l’occupation de l’espace et la circulation rapide du ballon. Avec le Barça, son système en 4-3-3 fait ses preuves et fait émerger les jeunes du club de l’époque comme Pep Guardiola qui s’emparent de la « Coupe aux grandes oreilles » après une finale contre la Sampdoria (1-0). Son palmarès ne ment pas : il gagne entre autres le championnat espagnol quatre fois d’affilée, une Supercoupe d’Europe, et trois Supercoupes d’Espagne, et fait de Guardiola son digne successeur.

L.F.