RMC Sport

Nice-Bastia : un arrêté discriminatoire contre les Corses ?

Les supporters bastiais interdits à l'Allianz Riviera

Les supporters bastiais interdits à l'Allianz Riviera - AFP

La préfecture des Alpes-Maritimes a décidé d’interdire aux supporters de Bastia l’accès à l’Allianz Riviera ce samedi à Nice, pour le match de la 10e journée de L1 (20h). Les objets ou vêtements à l’effigie de la Corse seront également interdits aux abords de l’enceinte niçoise. Une mesure jugée « liberticide et discriminatoire » par plusieurs avocats.

Le parcage visiteurs de l’Allianz Riviera de Nice sonnera creux ce samedi pour la réception de Bastia (20h). Et les supporters du club corse ne seront pas les bienvenus non plus dans les autres tribunes de l’enceinte niçoise, puisqu’un arrêté préfectoral des Alpes-Maritimes interdit « le port, la détention et l'utilisation de tout objet ou vêtement à l'effigie de la Corse ou d'un club sportif corse ». Toute personne identifiée comme supporter de Bastia sera également bannie de la zone proche du stade entre six heures et minuit.

Un tel arrêté surprend beaucoup Emmanuel Daoud, avocat spécialisé en droit du sport. « Je tombe des nues parce qu’un tel arrêté me semble totalement liberticide, tout à fait discriminatoire à l’égard des Corses, explique-t-il. Je me demande vraiment quel est le fondement légal d’une telle décision du Préfet. Un tel arrêté peut être frappé d’un recours pour excès de pouvoir et peut être annulé assez rapidement. A ma connaissance, c’est la première fois que l’on pointe du doigt une catégorie de supporters non pas en raison de leur appartenance à un club, mais là ce sont des insignes, des drapeaux ou des affiches qui feraient référence à la Corse. J’ai rarement entendu ou lu une mesure aussi discriminatoire à l’endroit d’une catégorie de la population française.»

Les voitures immatriculées en Corse aussi interdites ?

Yann Padova, avocat et ancien secrétaire général de la CNIL (Commission nationale informatique et libertés), estime également que cet arrêté est beaucoup trop discriminatoire pour être totalement légal. « On fait une distinction en fonction d’une origine géographique, souligne-t-il. Elle est extrêmement générale et elle pourrait même concerner des personnes qui auraient des t-shirts ou n’importe quel autre objet à l’effigie de la Corse, une carte, même une voiture immatriculée en Corse. Ça pourrait poser un problème de légalité de ce point de vue-là. » Contactées par RMC Sport, ni la préfecture, ni la direction départementale de sécurité publique des Alpes-Maritimes n’ont souhaité s’exprimer.

Cette mesure intervient après plusieurs incidents impliquant les supporters bastiais depuis le début de saison. La réception de Marseille, le 9 août, avait été le théâtre de violents affrontements avec les forces de l’ordre, qui avaient entraîné plusieurs condamnations du côté des fauteurs de troubles. Une banderole insultante envers une journaliste de Corse-Matin avait ensuite été déployée lors de la réception de Lens, le 13 septembre. Le Sporting Club de Bastia avait donc appelé ses supporters à « rompre avec la radicalisation en cours qui ne servira ni leur cause, ni celle des personnes actuellement condamnées, ni le club ».

AA avec LA