RMC Sport

OM-PSG : ça a encore chauffé entre Beye et Le Guen

Habib Beye et Paul Le Guen

Habib Beye et Paul Le Guen - -

Au lendemain de leur échange tendu après OM-PSG, Habib Beye et Paul Le Guen ont à nouveau débattu d’Unai Emery ce lundi soir sur C+ Sport. Et ça a encore chauffé entre les deux consultants.

Le un-contre-un le plus tendu de dimanche soir a eu une suite. Après leur accrochage à l’issue d’OM-PSG, les deux consultants de C+ Habib Beye et Paul Le Guen ont à nouveau débattu d’Unai Emery ce lundi soir. Et ça a encore chauffé, malgré les présences de Mickaël Landreau et Eric Carrière pour tenter de détendre (un peu) l’atmosphère. Extraits :

Habib Beye : "Je pense qu’Unai Emery a mis sa patte depuis qu’il est arrivé au PSG. J’ai du mal avec les observateurs qui pensent qu’il a mis sa patte depuis la victoire face au Barça. C’est un long travail. Il a fait des choix forts. Il s’est adapté sur le système."

"J’aime qu’on ait une ligne conductrice dans l’analyse. On a été dans le jugement très vite avec Unai Emery."

Paul Le Guen : "Je ne vais pas me fâcher à nouveau (rires). Tu sous-entends que je n’ai pas de ligne directrice dans ma façon de juger. Il me semble que si. Après, je n’ai pas envie de me bagarrer à nouveau."

Habib Beye : "Ce n’est pas une bagarre, Paul. Il faut savoir aussi avoir un débat. On a le droit de ne pas être d’accord. Hier, on a eu un débat. Tu as voulu quitter ce débat. Mika (Landreau), tu souris, je ne sais pas pourquoi tu souris."

Mickaël Landreau : "J’ai le droit de sourire !" (Rires)

Paul Le Guen : "C’est peut-être la seule chose que je regrette, d’avoir enlevé le casque à un moment donné. Je t’écoute à l’instant. Si je prends à la lettre ce que tu viens de dire, j’ai mille occasions de me fâcher à nouveau. Tu dis qu’il faut avoir une ligne directrice, il me semble que j’en ai une. Tu prétends que j’ai dit ça, ça, ça… C’est faux."

Habib Beye : "Tu as eu un jugement après le match de Monaco, très sévère sur Unai Emery."

Paul Le Guen : "Qu’est-ce que j’ai dit ? Répète les phrases."

Habib Beye : "Tu as pu dire qu’il ne suffit pas d’arriver avec un cahier sous le bras, on déroule le tapis rouge… Je ne vais pas tout citer."

Paul Le Guen : "C’est hallucinant. J’ai fait le débat hier, je fais celui de ce soir. Franchement, j’arrête."