RMC Sport

Pape Diouf sèche (encore) le conseil de surveillance

Pape Diouf, le président de l’OM, ne s’est pas présenté mercredi au conseil de surveillance qui devait se réunir à Paris. Un geste lourd de signification qui ne devrait pas laisser l'actionnaire principale Robert Louis-Dreyfus sans réaction.

Au-delà du bilan de la saison écoulée, l’ordre du jour était pourtant capital puisque les membres du conseil de surveillance et les commissaires aux comptes devaient valider ou non les investissements du marché des transferts de cet été : définir l’enveloppe de recrutement et la faire valider ensuite par l’actionnaire majoritaire.Pour la troisième fois consécutive, Pape Diouf n’a pas assisté au conseil de surveillance, présidé par Vincent Labrune avec lequel le président marseillais entretient des relations exécrables.

Pape Diouf ne s’est pas excusé officiellement, mais a simplement prévenu un proche de l'actionnaire majoritaire Robert Louis-Dreyfus qu’il ne pouvait pas se déplacer… tout à la remise du trophée de champion de France aux 16 ans de l’OM. Le conseil de surveillance, étant donné la tension qui règne à Marseille en haut lieu après des règlements de compte par presse interposée entre Diouf et Labrune, attendait beaucoup de cette réunion et a donc réagi en lançant ce qui pourrait s’apparenter à une motion de défiance à l’encontre de Pape Diouf.

Le conseil de surveillance de l’OM demande officiellement ce soir à Robert Louis-Dreyfus de se prononcer sur « ces absences (de Pape Diouf) et ces dysfonctionnements majeurs ». Le conseil de surveillance rappelle qu’il est obligatoire pour un président d’assister à ces réunions et estime surtout qu’il ne peut plus assurer son rôle dans ces conditions. Pape Diouf semble donc être allé au clash avec Vincent Labrune et le conseil de surveillance. La réaction de Robert-Louis Dreyfus est très attendue.

La rédaction - Florent Germain