RMC Sport

Barça-PSG: ce que pourrait changer le départ annoncé de Luis Enrique pour le match retour

-

- - -

En annonçant une semaine avant le 8e de finale retour de Ligue des champions contre le PSG son départ du club en fin de saison, Luis Enrique n’a pas fait que prendre tout l’environnement du Barça de court. Le technicien espagnol a aussi changé l’atmosphère autour des Blaugrana avant le choc face au club de la capitale.

Le timing, plus que l’annonce, en a surpris plus d’un et notamment le club en interne. Le même jour où le Barça concasse, c’est le mot, la faible équipe du Sporting Gijon en Liga (6-1), son entraîneur Luis Enrique annonce son départ du club en fin de saison. « Il a un petit peu le syndrome « Guardiola », explique ce jeudi notre correspondant en Espagne Frédéric Hermel. Il avait fini rincé lors de son passage au Barça. C’est un vestiaire un peu compliqué à gérer. »

« Luis Enrique a passé le ballon aux joueurs. A eux de jouer maintenant »

A lire aussi>> Barça: quatre favoris pour remplacer Luis Enrique

Un vestiaire à qui l’ancien milieu de terrain blaugrana a joué un bien vilain tour selon notre expert espagnol. « Il a fait un sale coup aux joueurs du Barça, estime-t-il. Après le 4-0, il y avait un bouc émissaire, c’était Luis Enrique. C’était le gilet pare-balles, tout le monde tirait sur lui, ça protégeait Messi, Neymar et Piqué. Là, ce n’est plus son problème. Il leur passe le ballon. A vous de jouer maintenant. »

Autrement dit ? Si le Barça est bel et bien éliminé mercredi prochain par le Paris Saint-Germain, cela ne sera pas du fait (ou presque) de Luis Enrique, mais bien des joueurs du Barça plus que jamais en première ligne. Une façon de mettre ces derniers et notamment ceux avec lesquels l’Espagnol a eu maille à partir pendant son mandat (Messi, Rakitic) devant leurs responsabilités. Pas forcément une bonne nouvelle pour le camp parisien : ainsi exposés, privés du parachute Luis Enrique et après leurs piteuses prestations du match aller, on voit mal les Barcelonais ne pas faire l’impossible pour réaliser la "remuntada". Vivement mercredi…