RMC Sport

Blanc : "Des performances individuelles extraordinaires"

Laurent Blanc

Laurent Blanc - AFP

Sans surprise, l’entraîneur parisien estime que le PSG a réalisé son match-référence contre le Barça, battu 3-2 au Parc des Princes ce mardi. S’il retient la performance collective de son équipe, Laurent Blanc a été bluffé par la prestation de certains de ses joueurs.

Laurent, que ressentez-vous après cette victoire ?

Beaucoup de satisfaction d’avoir gagné ce match-là. On avait eu peu de temps pour le préparer puisqu’on avait joué samedi à Toulouse (1-1, ndlr), où on n’avait pas fait un grand match, c’est le moins que l’on puisse le dire. On était dans une période délicate. J’avais dit aux joueurs avant le match que, pour faire des grands résultats, il fallait faire une grande production collective. Et c’est ce que je retiens ce soir, même si certains ont fait des performances individuelles extraordinaires. On a retrouvé certaines valeurs qui n’étaient pas perdues mais qu’on avait du mal à mettre en pratique depuis le début du championnat. En Ligue des champions, les joueurs sont beaucoup déterminés et motivés. Il le fallait face à une telle équipe. C’est notre match référence et une belle soirée pour les gens qui aiment le Paris Saint-Germain et le football français.

Cela semble confirmer que Paris a parfois moins envie que d’autres…

Vous (les journalistes, ndlr) retombez toujours sur vos pattes. On le sait ça. L’année dernière, on a fait une belle saison, qu’on avait préparée d’une belle manière. Cette année, on a connu une préparation un peu différente. On ne cache pas que le début de saison est plus compliqué, notamment au niveau des résultats, même s’il faut souligner qu’on n’a pas perdu de match. Mais l’odeur de la Ligue des champions, le fait recevoir Barcelone, te motive davantage. Dans notre situation, il nous fallait un match comme ça. On peut le dire maintenant : c’est dans ce genre de soirées qu’on dit qu’on va retrouver notre équipe ou être au fond du trou. Ce soir, on a retrouvé une belle équipe de Paris.

Est-ce votre plus belle victoire depuis que vous êtes entraîneur du PSG ?

Celle-là, je m’en souviendrai. Mais je pense que vous aussi, comme les joueurs ou les gens qui étaient au stade. On fait aussi ce métier pour vivre des soirées comme ça, même si elles sont difficiles. La préparation de ces rencontres est aussi compliquée, notamment quand il y a un environnement qui met beaucoup de pression. Mais ça donne du piment et quand il y a un résultat au bout, on est vraiment très satisfait de vivre ces soirées.

Avez-vous été surpris par la vulnérabilité de la défense barcelonaise, qui n’avait pas encore encaissé de but cette saison ?

On a regardé beaucoup de matches avec le staff et on s’est rendu compte que l’adversaire avait des possibilités de marquer à chaque fois et qu’ils prenaient beaucoup de risques. Je le sais d’autant plus que j’ai joué à Barcelone (en 1996-1997, ndlr). Les deux latéraux montent souvent et laissent beaucoup d’espaces. Ma satisfaction, c’est que malgré une possession de balle inférieure, ce qui est rare chez nous, on a mis cette équipe en grand danger dans nos temps forts. Certains joueurs ont été d’une justesse technique diabolique.

« Verratti ne fait jamais rien comme les autres » C’est la première grande prestation du PSG sans Zlatan Ibrahimovic. Cela veut-il dire qu’on peut arrêter de parler d’Ibra-dépendance?

Ça dépendra de vous. Je ne vais pas rentrer dans ce débat et je ne vais pas changer d’opinion. Je pense que le PSG a un joueur de grande qualité en plus avec Zlatan Ibrahimovic. Quand il est blessé, il faut faire avec. Quand c’est arrivé l’année dernière, on n’a pas déclaré forfait parce qu’Ibra n’était pas là. Mais on n’avait peut-être pas su trouver la détermination collective suffisante pour réaliser des grands matches comme celui de ce soit. Peut-être qu’inconsciemment, on se repose trop sur les exploits d’Ibra. Là, on est conscient qu’on est capable de faire des performances sans lui. C’est une bonne chose pour le groupe de pouvoir compter sur un collectif puissant.

Cette victoire et celle de l’an passé contre Chelsea (3-1) signifient-elles que Paris a le potentiel pour remporter la Ligue des champions ?

En prenant les deux résultats secs, on peut se dire qu’on peut lutter contre des équipes qui ont une expérience beaucoup plus importante en Ligue des champions. C’est déjà une bonne chose mais il faut faire attention avec les comparaisons. Cette compétition dure longtemps. Il faut être en forme pendant les poules mais aussi en mars-avril. Le tirage au sort entre en jeu aussi. Je dirais que ce sont de bons signes. Les propriétaires du PSG sont en train de construire un club européen, avec une ambition importante. On donne des signaux positifs en arrivant à rivaliser avec d’anciens vainqueurs de la Ligue des champions. Attendons de voir la suite.

Est-ce que la chose la plus inattendue de la soirée n’est pas le premier but de Marco Verratti ?

Marco, ce n'est pas étonnant qu'il marque un but de la tête au deuxième poteau, il ne fait jamais rien comme les autres. (Rires.) Il marque le but qu'on n'attend pas alors qu’il mesure 1,64m. Je suis content pour lui. Dans ces matches-là, il a prouvé qu'il pouvait élever son niveau, physiquement notamment. S'il se met à être dangereux offensivement, ça peut être un plus pour lui et pour nous.

la rédaction avec Loïc Briley