RMC Sport

Riolo: "Le PSG a de quoi être déçu…"

Daniel Riolo

Daniel Riolo - RMC Sport

Retour sur la défaite du PSG à Madrid (3-1)…

Ce moment de vérité pour le PSG coïncide donc avec des choix forts pour Emery. Berchiche, Lo Celso et surtout Kimpembe d’entrée, ce PSG n’a pas le visage qu’on aurait pu envisager il y a quelques semaines.

Zidane opte lui pour un milieu à 4, sans Bale et avec Isco. Mais les considérations tactiques ne dominent pas dans la première période. Ça se joue sur la présence, le caractère et la faculté à maîtriser ses émotions.

Le Real commence fort. C’était attendu. Mais ça ne perturbe pas trop Paris. Les premières minutes évacuées, Paris retrouve du calme. On observe Berchiche. Il se bat bien. Lo Celso en 6? C’est un peu tendre. Ça va souvent vite pour lui. Il est parfois approximatif. A ce niveau là, ça coûte cher. Une fois il offre un beau coup-franc à Ronaldo. Plus tard, on ne le sait pas encore, il donnera un péno. Un but pour que le Real se remette à l’endroit.

Parce que petit-à-petit, le PSG a en effet pris le dessus dans cette première période. On recherche un peu systématiquement Neymar, mais il fait quand même très souvent la différence. Un peu délaissé, Mbappé s’illustre en débordant et en centrant pour le but parisien. L’excellent Rabiot est là pour finir.

Ce qui manque au PSG pour rendre cette mi-temps excellente, c’est de gérer les temps faibles. Les Parisiens se mettent parfois en panique. Les occasions du Real sont d’ailleurs dues aux erreurs du PSG.

Globalement Paris est à la hauteur. Sans le péno cadeau de la fin de première période, on ne serait pas loin de la grosse performance. Le Real a essayé de mettre des coups de pression, mais sans réellement développer un jeu intéressant. Mention spéciale doit être faite sur la prestation d’Areola. Il a été rassurant et décisif.

Le Real joue en contre à domicile et mise sur ses individualités. Un débordement de Marcelo, un éclair de Modric… Bref, ce n’est pas très brillant. Si ça n’était pas le Real avec toutes ses stars, on oserait même dire que ce n’est franchement pas terrible.

La seconde période confirme les impressions de la première. Le PSG s’installe dans son match. C’est même parfois trop calme, presque nonchalant. Un comble au Bernabeu. Un faux-rythme propice à la punition. Les occasions sont pour Paris. Mbappé, Rabiot auraient pu mettre le 2/1.

Si Paris entretient son travail collectif, la victoire est possible. On pense à Neymar et Mbappé. Défendre tout en restant dangereux devant. Il faut trouver le dosage.

Dès la 65e les entraîneurs bougent. Meunier remplace Cavani. Alves monte d’un cran. Zidane change aussi son 9. Bale prend la place de Benzema. Les deux n’avaient pas été bons. La Gallois va jouer devant avec Ronaldo. J’ai du mal à comprendre pourquoi Bale n’a pas commencé. Sa puissance, sa vitesse sur le côté aurait aidé la Real à mon sens.

Paris gère bien un passage à vide au milieu de la seconde période puis reprend le contrôle. L’entrée de Meunier est bonne. Alves poursuit son gros match même plus haut.

Le PSG ne joue pas très bien ses situations offensives. Les voir mener à Madrid ne serait pas fou, loin de là.

Même mal en point, le Real reste confiant, et ose. Zidane change pour aller gagner. Modric et Kroos reculent pour servir les 4 attaquants. Le Real veut finir fort, même avec un équilibre moins clair.

Paris fait tout pour ne pas subir. Et ce qui est fou, c’est de prendre le 2e but de Ronaldo sur une phase de contre. Un but plein de réussite. Un but qui renvoie le PSG à ses bonnes situations mal exploitées.

En lançant Asensio, Zidane a fait le bon choix.

Faire un bon match et s’écrouler, c’est incroyable. Paris encaisse le 3e but. Le Real passe en force. Marcelo fait tout, il joue pour 5, pour tous!

Perdre 3/1 à quelque chose de cruel au vu de ce que Paris a montré. On va parler d’expérience? De mental? Le jeune Mbappé peut être une cible. Il a été tendre. C’est indéniable. Sans Cavani, le PSG a manqué de présence dans la surface. On peut revoir plein de choses de façon négative, alors que tout a été bon pendant 80% du temps. Les fameux détails. Le Real sait les faire pencher de son côté.

Emery a réussi l’ensemble de son match, mais plutôt que de sortir Cavani, ne fallait-il pas tenter Di Maria pour Mbappé?

Perdre 1/3 dans un match sans être jamais dominé, c’est frustrant. Emery a réussi ses choix initiaux et pas Zidane. Mais en cours de route, Zidane a repris le dessus en sortant Benzema.

Sans se rater, le PSG a perdu trop largement. A moins d’un gros exploit, le PSG n’ira pas plus loin dans cette Ligue des champions…

Daniel Riolo