RMC Sport

L'Agence mondiale antidopage s'excuse auprès de Sakho

The Athletic révèle ce mercredi que l'Agence mondiale antidopage a présenté ses excuses à Mamadou Sakho pour l'avoir incriminé à tort en 2016. L'instance a reconnu que le défenseur français n'avait pas voulu tricher et a prévu de lui verser des dommages et intérêts.

En juillet 2019, la presse anglaise révélait que Mamadou Sakho avait lancé des procédures contre l'Agence mondiale antidopage (AMA) en estimant que l'erreur concernant son contrôle positif en 2016 avait précipité la fin de son aventure à Liverpool. Un an plus tard, le défenseur central français a été entendu. Le média The Athletic révèle ce mercredi que l’AMA lui a présenté ses excuses lors d’une audience publique à Londres. L’instance a également annoncé qu’elle avait accepté de lui verser des dommages et intérêts, sans en dévoiler les montants.

L'AMA s'excuse pour "la douleur et l'embarras" subis par Sakho

Le joueur de 30 ans, aujourd’hui à Crystal Palace, estimait à 13 millions de livres (environ 14,4 millions d’euros) le manque à gagner et la perte de sa valeur correspondant à son départ des Reds en 2017. "L'AMA reconnaît qu'elle n'aurait pas dû faire les allégations diffamatoires qu'elle a formulées. L'AMA admet que M. Sakho n'a pas enfreint le règlement antidopage de l'UEFA, n'a pas triché, n'avait aucune intention d'obtenir un avantage et a agi de bonne foi. L'AMA regrette les dommages causés par les allégations diffamatoires à la réputation de M. Sakho, ainsi que la douleur et l'embarras qui lui ont été causés. L'AMA a accepté de verser à M. Sakho une somme substantielle de dommages-intérêts", a déclaré l’un des avocats de l’AMA.

Début 2016, Sakho avait été contrôlé positif à un brûleur de graisse en réalité autorisé et mis à l’écart par Liverpool. Suspendu pour trente jours jusqu’en mai, il n’avait par conséquent pas été retenu dans la liste des 23 Français pour l’Euro 2016. Début juillet, il avait finalement été blanchi par la commission de contrôle, d’éthique et de discipline de l’instance européenne de l’UEFA. L’instance avait décidé de classer le dossier après avoir auditionné les avocats du joueur et des experts de laboratoires agréés par l’AMA. En manque de temps de jeu après cette affaire et renvoyé d’un stage de présaison par Jürgen Klopp pour des problèmes de comportement fin juillet 2016, il avait filé en février 2017 à Crystal Palace.

RR