RMC Sport

Antonetti : « L’aventure devait continuer »

Frédéric Antonetti

Frédéric Antonetti - -

Le Stade Rennais a annoncé ce mardi la prolongation pour deux ans du contrat de Frédéric Antonetti. L’entraîneur corse fait confiance à François Pinault et à ses dirigeants pour que son équipe ait les moyens de progresser.

Frédéric Antonetti, êtes-vous satisfait d’avoir prolongé de deux ans votre contrat avec le Stade Rennais ?

La satisfaction vient de la confiance que m’accorde le Stade Rennais, ses actionnaires, François Pinault, son fils François-Henry, le président (ndlr : Patrick Le Lay) et Pierre Dréossi. Je m’entends très, très bien avec Pierre Dréossi. On est dans un bon club. La structure est bien organisée. On n’est pas les plus riches mais on est juste derrière. On veut se rapprocher des gros. Je pense que l’aventure devait continuer parce qu’on est en début de cycle. On a lancé beaucoup de jeunes. Comme je me régale tous les jours avec eux, je ne me voyais pas ne pas continuer avec eux.

Avez-vous obtenu des assurances sur la possibilité de conserver vos cadres cet été ?

Ce qui est primordial, c’est de garder l’équipe de cette année et de la renforcer avec deux ou trois joueurs pour essayer de se rapprocher encore plus des équipes de tête. On n’est pas sur une île déserte. Il y a plein de choses qui vont se passer. Mais on est tous sur la même longueur d’onde. On va travailler pour avoir une équipe très compétitive. Il faut déjà bien finir la saison. Il reste huit matches très importants. Ensuite, j’attendrai la confirmation. Ça ne sert à rien de finir une fois dans les cinq premiers si, après, on n’y est plus. C’est la continuité qui m’intéresse. Il me semble que le projet du Stade Rennais va dans ce sens

Certains joueurs sont en fin de contrat, comme Nicolas Douchez et Sylvain Marveaux. Avez-vous des pistes pour les remplacer ?

Il n’y a pas de pistes. Il y a simplement un projet général qu’il va falloir affiner. On n’est pas tout seul. Il va falloir beaucoup travailler. On sait qu’il y a des clubs qui ont plus de moyens, qui sont peut-être plus attractifs. Il va falloir bien gérer tout ça. J’ai confiance en Pierre Dréossi, en mon président, en mes actionnaires. Je pense que la confiance est réciproque. Quand on se trouve dans un cadre de travail comme ça, il est normal de continuer.

Quel sera votre objectif jusqu’à la fin de la saison ?

Il faut d’abord assurer la cinquième place. On a huit points d’avance sur Montpellier. Je pense que si on gagne trois matcehs, on y sera. Et puis si on assure cette cinquième place, il faut essayer de glaner la quatrième. Et puis si on a la possibilité de gagner la troisième… On sait qu’il y a des équipes qui sont plus expérimentées. Dans le sprint final, c’est très important. Mais on a d’autres atouts, l’enthousiasme ou la volonté. On a pris une claque à Brest (0-2), j’espère qu’on va rebondir dès samedi contre Lorient.

Propos recueillis par LP