RMC Sport

Blanc futur coach du PSG : toutes les réactions

Laurent Blanc

Laurent Blanc - -

Même si la nouvelle n’est pas encore officielle, l’arrivée de Laurent Blanc à la tête du Paris Saint-Germain ne fait désormais plus l’ombre d’un doute. Qu’en pense le milieu du foot ? Suivez toutes les réactions.

Christophe Dugarry : « Rien à envier à Mancini ou Villas-Boas »

« Je suis ravi pour lui. C’est une magnifique opportunité. Entrainer une équipe aussi ambitieuse et prestigieuse, avec de grands joueurs, c’est le rêve de tout entraineur, lâche le champion du monde 1998 et d'Europe 2000, Christophe Dugarry. Lorsque j’entendais ces dernières semaines certains noms circuler comme Mancini ou Villas-Boas, je me disais pourquoi pas Laurent Blanc : je ne vois pas ce que Laurent Blanc a à envier à ces entraineurs-là. Mancini a gagné le championnat d’Angleterre avec Manchester, Blanc a gagné le championnat de France avec Bordeaux et a fait un quart de finale de ligue des Champions. Et je pense qu’on peut tous être fiers qu’un entraineur français puisse s’occuper de la meilleure équipe française actuellement. »

Jean-Louis Triaud : « Blanc ? Pas le seul à avoir bon goût »

« Je ne suis pas le seul à avoir bon goût ! C’est une bonne chose pour Paris, une bonne chose pour Laurent, confie le président des Girondins de Bordeaux Jean-Louis Triaud. Parfois, on a besoin d’un nom ronflant en termes d’image. En tant que président de club, je préfère quelqu’unde compétent et d’efficace. Ça me paraît légitime : il a fait ses preuves à Bordeaux, a été sélectionneur, un grand joueur, champion du monde en 1998. Je ne vois pas ce qu’il a à envier à Villas-Boas. »

Rolland Courbis : « Blanc ? Attendons de voir »

« A partir du moment où on cherche un entraineur après le départ surprise d’Ancelotti, ce sera toujours un entraineur par défaut. Mais attendons, tempère Rolland Courbis. On ne va plus présenter Blanc comme joueur, comme champion du monde 1998, mais comme entraineur. A Bordeaux, il est arrivé inexpérimenté avec Jean-Louis Gasset, son complément idéal selon moi. Ensuite, le football français a décidé de mettre un entraineur inexpérimenté à la tête de l’équipe de France. Ça s'est moyennement bien passé. Puis Laurent Blanc a pu réfléchir pendant un an à son bilan. Aujourd’hui, le PSG récupère quelqu’un d’expérimenté. Donc attendons de voir le Laurent Blanc du PSG pour se prononcer. Il va apporter ses qualités de technicien. Mais en quoi Laurent Blanc est inférieur à Villas-Boas par exemple. »

Henri Emile : « On a gardé une image négative »

« Avec l’équipe de France, on a exagéré l’image à la fin. Le match contre la Suède était manqué. Perdre contre l’Espagne, ce n’était pas infâmant, rappelle l'ancien intendant des Bleus sous Laurent Blanc. Mais à travers ces deux matches et l’attitude d’un joueur qui a pété les plombs avec un journaliste, on a gardé une image négative. Alors que si on dresse un bilan de ces deux ans. L’objectif était de redresser l’équipe de France, de se qualifier et d’arriver en quarts de finale de l’Euro. Quant à sa gestion des hommes, il n’y a absolument pas eu de problèmes. Les problèmes ont été extérieurs. Ne gardons pas cette image. Elle ne correspond aux deux ans qu’on a passés ensemble. »

Bernard Lama : « Pas de risques à entraîner Ibrahimovic »

« Blanc ne prend aucun risque. Le risque, c’est d’aller dans un club où il n’y a pas autant de moyens et autant de bons joueurs. Il n’y a pas de risques à entraîner Ibrahimovic ou Thiago Silva. Ce sont des grands joueurs, des grands professionnels. Ils savent ce qu’ils ont à faire. Oui, il faut imposer sa personnalité. Mais c’est valable dans tous les clubs. C’est un très beau challenge, certainement difficile à relever mais pas plus que celui proposé par un club classé 10e ou 15e du championnat de France. »

Grégory Coupet : « Paris, un défi à la hauteur de Blanc »

« Un choix par défaut ? Ça peut être vu comme ça. Quoi qu’il arrive, par rapport aux grands noms annoncés, Laurent Blanc a une carrière d’entraîneur moins longue. Le défi du PSG est un défi à sa hauteur, juge Grégory Coupet, membre du Carré Magique. C’est un grand international français avec une aura fabuleuse. J’imagine que les supporters devraient être plutôt satisfaits. C’est une petite note française dans une équipe qui s’est internationalisée. C’est une belle chose. »

Jean-Michel Larqué : « C’est en Ligue des champions qu’on jugera Blanc »

« L’effectif du PSG va, à mon avis, être encore un petit peu amélioré. On attendra notamment de Laurent Blanc qu’il soit champion de France, bien évidemment, mais fasse un petit peu mieux dans les Coupes nationales et peut-être, si le tirage lui est favorable, faire mieux en Ligue des champions. C’est là qu’on va le juger » estime Jean-Michel Larqué.

Ali Benarbia : « Le costume n’est pas trop grand »

« Pour améliorer l’image du club, quoi de mieux que de prendre l’ancien sélectionneur de l’équipe de France ? Je ne pense pas que le costume d’entraîneur du PSG soit trop grand pour Laurent Blanc, juge Ali Benarbia, membre du Carré Magique et de la Dream Team RMC Sport. On s’est tellement focalisé sur ce poste de coach qu’on en a oublié que les joueurs très importants de l’effectif, comme Thiago Silva ou Zlatan Ibrahimovic, allaient rester la saison prochaine. Ils se connaissent très bien et sont prêts à faire des résultats, quel que soit l’entraîneur. Blanc va travailler dans la continuité de ce qu’a mis en place Carlo Ancelotti. Il peut d'ailleurs faire pratiquement aussi Blanc qu’Ancelotti. Car maintenant, les joueurs se connaissent… Et puis on jugera surtout Laurent Blanc sur la qualité du jeu. » »

Vincent Guérin : « Blanc, une option intéressante »

« Pour moi, c’est d’abord une bonne chose de trouver un entraineur pour le Paris Saint-Germain, parce que l’épisode a duré un certain temps, estime l'ancien joueur du PSG. C’est quelqu’un qui a déjà un parcours bien forgé en tant que joueur puis entraîneur. C’est une option intéressante pour le club. C’est un jeune entraîneur qui a déjà brillé, qui a relevé l’équipe de France. J’ai donc toute confiance en lui. C’est un entraîneur qui a un bon profil. Il a évolué en Italie, en Espagne, en Angleterre, il a un bagage assez large. Ca prouve sa faculté d’adaptation et ça facilitera les échanges avec les joueurs au niveau du langage. De toute manière, le football est devenu international. »

Jean-Michel Larqué : « Ne pas oublier ce qu’il a fait auparavant »

« Je sais ce que vont dire les personnes anti-Blanc, concernant ce choix, lâche le consultant foot de RMC Sport. A défaut de prendre un grand entraineur international, on a pris ce qui restait dans le football national et un garçon qui n’est pas parti de ces deux dernières expériences la tête très haute. Je ne suis pas du tout d’accord avec cette analyse. Il est vrai que la conclusion de ces deux premières expériences n’a pas été terrible. On sort du bac de philo, ce qui est important c’est la conclusion… Forcément on reste sur la dernière impression en oubliant ce qui s’est passé avant. A Bordeaux au départ, ce n’était pas si mal avec un titre de champion de France. Avec l’équipe de France, il y avait bien longtemps que nous n’avions pas eu les cartes en main en phase éliminatoire (de l’Euro 2012, ndlr). Nous nous étions qualifié sans avoir à attendre le résultat des autres. Le championnat d’Europe, c’est vrai, n’avait pas été d’exceptionnelle qualité. Mais il faut rappeler le contexte dans lequel il avait repris l’équipe. »