RMC Sport

Cabella : « Pas envie de partir pour partir »

Rémy Cabella arrive à un tournant de sa carrière.

Rémy Cabella arrive à un tournant de sa carrière. - -

Invité de Luis Attaque sur RMC, Rémy Cabella a fait le point sur sa situation. De son avenir qui pourrait se jouer loin de Montpellier à ses rêves de Brésil, le milieu corse de 24 ans s’estime à un tournant de sa carrière.

Rémy, vous avez pris une autre dimension cette année : le sentez-vous ?

Oui, je le ressens surtout dans une saison aussi difficile. J’ai vu qu’il fallait être capable de montrer mes qualités, d’être bon sur le terrain. Quand on se sent bien physiquement, on est en confiance. Et quand la réussite vient se mêler à la confiance, c’est encore mieux. J’ai eu énormément de réussite cette année.

Avec 14 buts et 5 passes décisives, les statistiques parlent pour vous....

14 buts, c’était mon objectif personnel en début de saison même si je ne l’avais pas annoncé. J’en avais marqué 7 la saison dernière, je voulais doubler le ratio, et j’ai réussi. Cette année, on m’a donné plus de responsabilités, j’ai fait ma saison, ce qu’il fallait. Seul le terrain parle. Mes stats sont bonnes, je suis heureux d’avoir apporté ça à l’équipe.

Partirez-vous en fin de saison ?

Oui, j’ai le bon de sortie. Je vais prendre le temps de bien réfléchir à la fin de saison. Il reste encore trois matches, ce n’est pas encore terminé. Je réfléchirai à tête reposée aux situations qui vont arriver.

Y-t-il une chance de vous voir rester à Montpellier ?

C’est du 50-50. Cela va dépendre de beaucoup de choses. Je n’ai pas envie de partir pour partir. Je veux aller dans un club où je me sentirai bien, où on me donnera du temps de jeu, où je pourrai m’épanouir. Je ne veux pas partir dans un club seulement parce que j’ai un bon de sortie. Si le club qui me veut se met d’accord avec Montpellier et que je suis intéressé, alors je partirai.

Si vous faîtes partie des 30 joueurs présélectionnés par Didier Deschamps pour aller au Brésil, seriez-vous déçu de ne finalement pas figurer dans les 23 ?

Déjà, si je suis dans les 30, je serai le plus heureux, ce serait quelque chose d’énorme. Après, si je n’y suis pas, je ne vais pas m’arrêter là pour autant. Je suis quelqu’un qui a des ambitions, et si je n’y suis pas c’est peut-être parce que je ne le mérite pas encore.

Cette équipe de France vous tient-elle véritablement à cœur ?

Je n’ai jamais été sélectionné en équipe de France jeunes, ma première cape, c’était avec les Espoirs. Je ne m’y attendais pas. A partir de là j’ai commencé à voir les A à côtés et maintenant, je sais que j’ai les qualités pour y parvenir. J’y crois.

Luis Attaque