RMC Sport

Cayzac : « Un mercato difficile »

Alain Cayzac est dans l'ensemble satisfait du mercato du PSG

Alain Cayzac est dans l'ensemble satisfait du mercato du PSG - -

Pour le plus grand plaisir du Président Alain Cayzac, le PSG a clôturé son mercato par les signatures de deux brésiliens : Souza et Everton Santos.

Alain Cayzac, quel bilan tirez-vous du mercato ?
J’ai deux bonnes nouvelles. La première, c’est que je vais pouvoir dormir un peu la nuit prochaine. Ca, vous vous en fichez complètement. La deuxième, c’est que je suis heureux d’accueillir deux excellents joueurs brésiliens : Souza et Everton. Le mercato d’hiver est toujours un peu spécial. En général, on pardonne assez peu au PSG de ne pas recruter durant cette période. Nous concernant, on a dit que notre mercato était laborieux. Je suis d’accord avec cela, ça n’a pas été facile. Je ne vais pas revenir sur les affaires de Fred et Gouffran mais on a perdu du temps sur ces dossiers. En plus de ça, nous étions assez difficiles. Paul Le Guen l’a dit à plusieurs reprises, on souhaitait des joueurs qui apportent une valeur ajoutée à l’équipe, notamment en attaque. Il y avait un vrai besoin après les départs de Frau et Gallardo.

Comment avez-vous recruté Souza et Everton ?
Nous avons une cellule de recrutement qui est assez décriée. Pour votre information, sur nos brésiliens, il y a en un qui a été vu 57 fois et l’autre 52 fois. Quand on achète des joueurs au PSG, ce ne sont pas des achats d’impulsion. Ce sont des joueurs qu’on connaît très bien. Valdo connaissait très bien ces deux joueurs et il a confirmé nos envies. Il a eu un rôle important et déterminant.

Le PSG fait-il toujours rêver ?
J’ai été rassuré sur l’attractivité du PSG. Contrairement à ce qu’on a pu dire, nous avons eu l’embarra du choix. Trouver des joueurs n’était pas le problème. Le problème était de trouver des joueurs qui nous convenaient. Le club du PSG, malgré les résultats, reste un club très attractif.

Que pouvez-vous nous dire sur vos deux recrues ?
Souza jouait à Sao Paulo. Il correspond au profil qu’on recherchait sur le côté droit. Concernant Everton, il nous a dit hier qu’il n’avait pas vraiment peur de la pression. Quand on vient des Corithians et qu’on a 17 millions de supporteurs au Brésil, on peut le comprendre. C’est un joueur qu’on avait essayé de recruter en juin prochain. C’est un grand espoir du football brésilien. Paul Le Guen était en tout cas ravi d’avoir ses deux joueurs dans son groupe.

La rédaction - Pierre Dorian