RMC Sport

Cinq choses à savoir sur Alen Halilovic

Alen Halilovic

Alen Halilovic - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

A 17 ans, Alen Halilovic pourrait être l’une des prochaines stars du foot. Découvrez ce milieu offensif croate officiellement recruté par le Barça ce jeudi.

1- Un pur produit de l'ex-Yougoslavie, qui préfère la Croatie

Dubrovnik, le 18 juin 1996. A la veille d’un Croatie-Portugal sans autre enjeu que la 1ère place du groupe D de l’Euro 1996, naît Alen Halilovic. Père bosniaque, mère croate, il voit le jour à peine sept mois après la fin de la guerre d’indépendance de la Croatie. Une vingtaine d’années plus tard, la Bosnie et la Croatie se le disputent. Mais Alen Halilovic semble avoir choisi la patrie des Boban, Prosinecki, Asanovic, Suker, séduisants mais battus en quarts de finale de l’Euro 96 par l’Allemagne (2-1), vainqueur final.

Le jeune joueur du Dinamo Zagreb, en plus d’évoluer avec les U17 croates, a ainsi porté à trois reprises le maillot de la Croatie (contre le Portugal, le Liechtenstein et la Corée du Sud). Mais comme il s’agissait de matchs amicaux, il peut encore changer d’avis. L’opinion croate aimerait donc que Niko Kovac, le sélectionneur, l’emmène à la Coupe du monde pour que l’adhésion du petit prodige à la cause de son pays de naissance soit définitive…

2- Un papa footballeur, qui jouait pour la... Bosnie

Les Maldini, les Cruyff, les Pelé-Ayew, les Zidane… Et maintenant, les Halilovic. Alen est le fils de Sead, milieu de terrain né en ex-Yougoslavie en 1969. Un papa footballeur professionnel qui a pas mal bourlingué dans les années 90, passant par l’Espagne (Real Valladolid), Israël, la Turquie ou encore la Slovénie. Sa carrière avait néanmoins démarré en Croatie, au HNK Cibalia puis au… Dinamo Zagreb, où joue son fils.

Mais les deux Halilovic ne devraient pas représenter le même pays sur la scène internationale, si le plus jeune opte bien pour la Croatie. Car le papa, né dans ce qui allait devenir la Bosnie-Herzégovine, a porté à 15 reprises le maillot de la sélection actuellement entraînée par Safet Susic. Pour le moment, Alen n’a pas répondu aux appels de l’ancienne gloire du PSG…

3- Un lancement rapide

Le parcours d’Alen Halilovic est digne de ceux des talents précoces de la planète foot. Un premier match avec l’équipe première du Dinamo Zagreb en septembre 2012, à 16 ans. Et pas contre n’importe qui… En face, c’était le Hadjuk Split, grand rival du Dinamo. Il entre alors à dix minutes de la fin et devient le plus jeune joueur de l’histoire du Dinamo. Il marque dès sa deuxième apparition, contre le Slaven Belupo, et devient le plus jeune buteur de l’histoire du championnat croate. L’Europe le découvre le 24 octobre 2012, avec son entrée en jeu contre le PSG en Ligue des champions. Pas de record, cette fois, mais la deuxième place au classement du plus jeune joueur de la Ligue des champions, avec juste deux mois de retard sur Celestine Babayaro.

4- Un profil « messien »

Je suis petit (1m70), gaucher, je joue sur le côté droit et j’ai la crinière longue. Je suis… Alen Halilovic et non pas Lionel Messi. La différence ? Des cheveux blonds. Technique, rapide, le Croate fait penser à l’Argentin. Comme d’autres, bien sûr… Mais il aura peut-être l’occasion de ressembler encore un peu plus à la star du Barça. Car après avoir été dans le viseur de certains grands clubs européens (Arsenal, Tottenham, Bayern Munich…), il a opté pour la Catalogne et s'est engagé pour cinq ans avec le Barça. « Merci pour tout le Dinamo Zagreb ! Mon premier club et mon grand amour. Maintenant, c’est le moment de partir à Barcelone » avait-il écrit fin février en légende d’un photomontage sur son compte Instagram.

5- Un talent à polir

Le Barça, après avoir fait une cour assidue au joueur avec notamment la visite à Zagreb de son directeur sportif, Andoni Zubizarreta, a officialisé ce jeudi l'arrivée d'Alen Halilovic. Le club catalan indique avoir versé 2,2 millions d'euros. Des bonus pourraient faire grimper le montant du transfert à 10 M€ en fonction des apparitions d’Alen Halilovic et des résultats du Barça. « Le Barça, c’est quelque chose de spécial, explique le Croate. J'aime le club depuis que je suis enfant et je suis honoré d'avoir l'occasion de jouer pour le Barça. » Mais le jeune talent devra faire preuve d’un peu de patience. Car cet été, c’est l’équipe B du club catalan qu’il rejoindra pour parfaire son apprentissage. Avant de marcher un jour, peut-être, sur les traces des légendes du Camp Nou…

A voir aussi :

>> Halilovic s’annonce au Barça

>> EN IMAGES : les drôles d’histoires du mercato

>> Barça : les clauses extravagantes du transfert de Neymar

La rédaction