RMC Sport

Danilo, le défenseur le plus de cher de l’histoire du Real

Danilo

Danilo - AFP

Le Real Madrid a officialisé mardi soir l’arrivée de Danilo pour la saison prochaine, contre la somme de 31,5 millions d’euros. Un transfert qui constitue un record dans l’histoire du Real pour un défenseur et qui confirme que le FC Porto sait (très) bien vendre ses meilleurs joueurs.

31,5 millions d’euros. Voilà la somme qu’a dû débourser le Real Madrid pour recruter Danilo et devancer la concurrence de Manchester United ou du Barça dans ce dossier. Le transfert du latéral droit du FC Porto constitue d’ailleurs un record pour un défenseur dans l’histoire du club merengue. Auparavant, les défenseurs les plus chers de la « Maison Blanche » étaient Fabio Coentrao et Pepe, achetés 30 millions d’euros chacun et qui étaient déjà arrivés en provenance du Portugal (Benfica pour Coentrao et Porto pour Pepe).

Les autres défenseurs chèrement acquis par le Real n’ont d’ailleurs pas tous été de franches réussites. Car si Sergio Ramos (27 millions) et Raphaël Varane (10 millions) sont vite entrés dans le cœur des socios, difficile d’en dire autant de Walter Samuel (25 millions), Raul Albiol (15 millions) et surtout Jonathan Woodgate (22 millions), qui n’a disputé que neuf matchs de Liga sous le maillot merengue.

Porto a vendu pour plus de 600 millions d’euros depuis 2005

Si les dirigeants du Real ont signé un sacré chèque pour acquérir Danilo, c’est d’abord parce qu’ils croient au potentiel du joueur de 23 ans, mais aussi parce que leurs homologues de Porto sont d’excellents négociateurs. Depuis 2005, le club portugais a ainsi touché plus de 600 millions d’euros sur la vente de joueurs souvent préalablement acquis à bas prix en Amérique du Sud.

C’est notamment le cas avec Radamel Falcao (vendu 60 millions à Monaco), Hulk (55 millions au Zénith Saint-Pétersbourg), Eliaquim Mangala (53,8 millions à Manchester City), James Rodriguez (45 millions à Monaco) ou encore Anderson (31,5 millions à Manchester United). Pas que des réussites… sauf pour les finances portugaises !