RMC Sport

Faubert, l’appel du pays

Julien Faubert

Julien Faubert - -

Libre après avoir résilié son contrat avec le club turc Elazigspor, Julien Faubert s’entraine depuis mardi avec l’équipe réserve des Girondins de Bordeaux. Un retour au bercail pour le joueur de 29 ans qui espère s’engager prochainement avec un club de L1.

Le retour en France de Julien Faubert n’aura sans doute pas la portée médiatique du départ Guillaume Hoarau vers la Chine (Aerbin Dalian). Entre ces deux trajectoires s’écrit pourtant une fable de football moderne. Et il est intéressant de lire dans les raisons qui ont poussé le premier à revenir, un condensé des difficultés qui attendent l’ancien attaquant du PSG. Après six ans d’exil (cinq ans à West Ham entrecoupés d'une pige au Real Madrid), dont six derniers mois mitigés avec le club turc d’Elazigspor, Julien Faubert a choisi de retrouver l’hexagone. L’éloignement, les fiches de paie incertaines et le froid ont eu raison de l’exotisme siglé Elazigspor. « Là-bas, il fait moins 15 l’hiver, raconte Faubert. Si tu viens à l’entraînement sans ton bonnet, tu perds tes oreilles. ».

« C’était assez compliqué, ils avaient des problèmes financiers, poursuit l’ancien bordelais (2004-2007). Ils avaient du mal à payer les salaires. Mais ce n’est pas que financier. Il y a aussi eu une question d’acclimatation. C’était une bonne expérience, mais j’ai toujours eu envie de rentrer en France. » A son arrivée à Elazigspor, Faubert avait convenu d’un arrangement avec le club qui lui permettait de ne passer que trois jours par semaine en Turquie. L’arrivée d’un nouvel entraineur en cours de saison a bouleversé la donne et accéléré son départ.

Des touches avec quatre clubs de Ligue 1

Pour conserver la forme en attendant de trouver un club, Faubert s’est tout naturellement tourné vers Bordeaux, qui l’a révélé en Ligue 1. Avec la bénédiction du club et celle de Patrick Battiston (le directeur du centre de formation), l’ancien international tricolore de 29 ans (une sélection en 2006) s’entraine depuis mardi avec la réserve. « J’ai toujours suivi Bordeaux, glisse Faubert. Ma famille est ici, j’ai mes attaches dans ce club. Les gens m’ont accueilli les bras ouverts. »

A 29 ans, Faubert, qui a disputé son dernier match officiel le 23 décembre dernier, affiche toujours une belle forme physique, comme a pu le constater le staff bordelais. Et s’il avoue une touche « très intéressante » en Allemagne, sa priorité, c’est la France. « On discute avec 4 clubs de Ligue 1, confie Faubert. Il y a un peu de tout, du milieu de tableau, du bas de tableau. Certains clubs ont de bons projets. Ce n’est pas une question de prestige. C’est une question de se faire plaisir. »

Le titre de l'encadré ici

Gillot n'a pas besoin de Faubert... pour l'instant|||

L'entraineur des Girondins Francis Gillot s'est exprimé ce jeudi sur le cas de Faubert. Pour lui, il n’est pas question de recruter l'ancien de West Ham qui est aussi passé par le Real Madrid : « Il a demandé à s’entrainer, explique le coach bordelais. Au poste d’arrière droit, on a ce qu’il faut, donc tant mieux pour lui. On a une CFA qui l’a accepté pour se tenir en condition physique. Ça s’arrête là… pour l’instant. »