RMC Sport

Ginola : « Newcastle, un changement de vie »

David Ginola

David Ginola - -

Pionnier de l’exil outre-Manche, David Ginola a évolué à Newcastle de 1995 à 1997, où sa cote d’amour est restée intacte. L’ancien attaquant jette aujourd’hui un regard amusé sur l’arrivée massive de joueurs français chez les Magpies.

David, comment jugez-vous cette exode massif de joueurs français à Newcastle ?

Je trouve ça très bien. Je n’irais pas jusqu’à dire que j’ai été un précurseur. Si tous ces joueurs se retrouvent à Newcastle, ils le doivent à leur talent et parce qu’ils ont des qualités à apporter à ce club. J’étais un des premiers à arriver en Angleterre et c’est très sympa de voir se constituer une espèce d’équipe française. Ce sont de très bons renforts et pas seulement un effet de mode. Ils vont apporter au groupe.

Qu’est-ce qui les attire au point de retrouver 11 Français dans l’effectif ?

Le championnat anglais ! Cela fait de nombreuses années que les joueurs français rêvent d’évoluer en Premier League, qui est la référence dans le monde aujourd’hui. Pourquoi autant à Newcastle ? Je ne sais pas.

L’adaptation est-elle facile entre la France et l’Angleterre ?

Ce n’est pas évident, déjà en raison de la barrière de la langue. Il y a un changement de culture et de vie tout simplement. Il est important d’oublier tout ça et de se concentrer sur le travail. En tant que footballeur, on ne doit penser qu’à la performance en se levant le matin. En Angleterre, le football n’est pas que sur le rectangle vert. Il est aussi dans les tribunes et dans la vie de tous les jours. Le football est roi et les joueurs adulés. Il n’y a pas d’équivalent.

Vous avez marqué l’histoire de Newcastle, au point d’avoir un chant à votre nom. Quel joueur français est le plus susceptible de suivre votre trace ?

C’est l’avenir qui nous le dira. Entrer dans la légende du club n’est pas évident parce que les Anglais sont très regardants. Ils font attention à des choses précises. Ils voient si le joueur est capable d’endosser les responsabilités au quotidien pour l’amour du maillot rayé. Les gens du Nord-Est, qu’on appelle les "Geordies", sont un peuple dans le peuple. Ils sont amoureux de leur région, de leur ville et de leur club. Il ne tient qu’à chaque joueur de donner le maximum pour entrer dans le cercle de joueurs qui ont marqué l’histoire de ces couleurs et avoir leur chanson.

Propos recueillis par Mohamed Bouhafsi