RMC Sport

Gourcuff, l’heure de vérité

-

- - -

Après quelques mois difficiles et un transfert record, le meneur de jeu des Bleus est attendu avec impatience dans le Rhône. Son défi : prendre la suite de Juninho dans l’entrejeu et remettre l’OL sur la voie du succès.

Heureux, voire presque ému, Jean-Michel Aulas affiche un large ce sourire. Après des semaines de tractations, le président de l’OL a réussi à faire plier Bordeaux. Ce lundi soir, un accord a été trouvé pour le transfert de Yoann Gourcuff. A 24 ans, le meneur de jeu des Girondins rejoint Lyon pour 22 millions d’euros (plus 4,5 millions en cas de revente). Une somme astronomique dans la conjoncture actuelle. Jamais un transfert entre deux clubs français n’avait atteint de tels sommets. Sous l’impulsion du très influent actionnaire Jérôme Seydoux, le patron des cinémas Pathé, le club rhodanien a cassé sa tirelire pour s’offrir le milieu international (22 sélections, 1 but).

Un avion a été affrété ce mardi après-midi pour aller le chercher en Gironde. A bord : Bernard Lacombe, le conseiller d’Aulas, et Florian Maurice, membre de la cellule de recrutement. Après avoir posé ses valises dans la capitale des Gaules, Gourcuff devait finaliser son contrat dans la soirée. Sa visite médicale est prévue ce mercredi matin. Avant une présentation officielle en grande pompe à la presse et au public. « Un peu à la Barcelone ou à la Real Madrid », selon Aulas. Une première à l’OL. La photo officielle, repoussée pour l’occasion, aura lieu dans la foulée.

Après un début de saison poussif, la venue du l’adonis breton a redonné le sourire à tout un club. « Yoann est un joueur merveilleux, jubile le président rhodanien. Il correspond bien à l’image de l’Olympique Lyonnais. Ma priorité était vraiment de le recruter. Mais l’élément déclencheur a été la blessure d’Ederson (absent six mois). A ce moment là, on a décidé de tout faire pour qu’il vienne. »

Makoun : « On sait ce qu’il peut nous apporter »

Après une entame de championnat décevante (un nul, une défaite, une victoire), l’OL compte énormément sur son nouveau joyau. L’indigence du jeu proposé face à Brest (1-0) le week-end dernier a fait grincer des dents en interne. Gourcuff a le talent pour prendre la suite de Juninho et remettre la machine lyonnaise sur les rails. « On sait ce qu’il peut nous apporter, glisse le milieu Jean II Makoun. Il a d’énormes qualités techniques. Il est intelligent dans le jeu. Il a un bon coup d’œil et il sait garder le ballon. Il peut aussi marquer et être décisif sur coups de pied arrêtés. »

Etincelant en 2009, le grand artisan du titre bordelais a depuis perdu un peu de sa superbe. Des blessures répétées, une fin de championnat fantomatique, un Mondial raté, ponctué par une expulsion contre l’Afrique du Sud, Gourcuff a vécu des mois difficiles. Son manque d’affinités avec Jean Tigana l’a convaincu de se trouver un nouveau challenge.

Avec son caractère discret et sa bonne humeur, il ne devrait avoir aucun mal à se fondre dans le collectif lyonnais. « On a un groupe un peu chambreur donc il n’y aura pas de soucis pour son intégration, assure le milieu Miralem Pjanic. D’autant qu’il a quelques amis de l’équipe de France ici. » A Tola Vologe, le centre d’entraînement de l’OL, Gourcuff va en effet côtoyer ses potes Hugo Lloris et Jérémy Toulalan. A nouveau en confiance, l’ancien Rennais pourrait rapidement retrouver son niveau. Lyon en a besoin. L’équipe de France aussi. Reste à savoir s’il supportera une telle pression.

Alexandre Jaquin avec Edward Jay