RMC Sport

Leonardo attend toujours Ancelotti

Carlo Ancelotti

Carlo Ancelotti - -

INFO RMC SPORT. Leonardo, qui reste en contact avancé avec Ancelotti, doit attendre que ce dernier trouve un accord financier avec Chelsea. Car bien que remercié par le club londonien, le technicien italien serait encore lié aux Blues !

Même si les deux victoires contre Auxerre (3-2) et à Sochaux (0-1) ont fait baisser la pression, Antoine Kombouaré reste en sursis permanent sur le banc du PSG. Comme RMC Sport l’avait révélé le 29 novembre dernier, Leonardo reste en discussions avancées avec Carlo Ancelotti pour l’amener à Paris dès que possible. Au-delà des écrans de fumée envoyés après la révélation du rendez-vous du 8 novembre, le contact est toujours chaud entre les deux hommes. Dans son édition de dimanche, le quotidien La Republicca a même annoncé l’arrivée d’Ancelotti à la trêve.

Selon nos informations, un élément retarderait cependant la finalisation de l’accord. Il tient dans le départ d’Ancelotti de Chelsea, dont les modalités constituent un frein à sa signature au PSG. En fait, si l’entraîneur italien a été remercié en juin dernier par les Blues, il percevrait toujours une rémunération mensuelle de Chelsea. S’agit-il d’un étalement négocié de ses indemnités de licenciement, correspondant à la dernière année qui restait au contrat du coach italien avant son départ en juin dernier ? Ou s’agit-il tout simplement de son salaire, Ancelotti ayant été officieusement maintenu sous contrat jusqu’à son terme ? Difficile à dire. En tout cas, la difficulté à finaliser l’arrivée du coach italien sur le banc parisien tiendrait pour partie dans ce lien financier maintenu avec Chelsea. En clair, s’il signe à Paris, Ancelotti ne veut pas perdre ce que le club londonien doit encore lui verser jusqu’au terme de la saison. Alors que les Blues, eux, espèrent bien se dédouaner des derniers mois à payer à Ancelotti à partir du moment où ce dernier retrouve un banc… Ces divergences d’ordre financier freineraient donc l’arrivée d’Ancelotti à Paris. Lundi soir, rien ne permettait d’affirmer avec certitude qu’elles étaient en passe d’être réglées.

Des interrogations sur Leonardo

En tout cas, une fois un terrain d’entente trouvé entre Ancelotti et Chelsea, la voie devrait être plus dégagée pour l’arrivée du technicien italien sur le banc du Parc des Princes. Nul doute que Leonardo attend cela avec impatience, car il est sous pression depuis quelques semaines. Les propriétaires qataris se focalisent sur lui et sur sa faculté à trouver une solution pour le poste d’entraîneur. Le Brésilien aurait bien aimé que Makelele assure l’intérim jusqu’à l’intronisation espérée d’Ancelotti, mais ce dernier n’était pas du tout chaud pour prendre au pied levé la succession de Kombouaré. Il l’a d’ailleurs matérialisé dans la discussion tenue avec Leonardo en mettant sur la table des exigences très difficiles pour Paris : contrat longue durée (on parle de trois ans), pas de prise en main de l’équipe avant la trêve, augmentation de salaire, droit de regard sur le mercato… De leur côté, les propriétaires qataris avaient bien une autre idée pour le poste d’entraîneur en attendant Ancelotti : que Leonardo prenne lui-même les rênes de l’équipe. L’idée a été soufflée avec plus ou moins de force à l’oreille du Brésilien. Mais ce dernier n’a pas voulu l’entendre…

Plus généralement, les propriétaires qataris commenceraient à s’interroger sur certains choix de Leonardo comme sur sa volonté de s’inscrire à long terme à Paris. Ces interrogations seraient renforcées par l’intention prêtée à Leo, à tort ou à raison, de reprendre à moyen terme la direction de l’Inter, où une place de dirigeant pourrait un jour lui être offerte, dit-on. Jusqu’où ces interrogations peuvent-elles mener les Qataris ? Difficile à évaluer. A court terme, nulle part a priori. En fin de saison, en revanche, toutes les options semblent ouvertes. Dans le courant de l’été, un décideur qatari se serait rendu en Espagne pour y rencontrer José Mourinho. Un signe fort. Du côté de Doha, on n’exclut aucune option pour l’an prochain…

A.H.