RMC Sport

Leproux : « Je ne démens pas pour Gallas »

Robin Leproux

Robin Leproux - -

Invité exceptionnel du Mercato Show, le président du PSG a fait le point sur l’intersaison parisienne après les arrivées de Mathieu Bodmer et du Brésilien Nenê. Le profil de William Gallas ne le laisse pas insensible.

Robin Leproux, après Mathieu Bodmer, le PSG a accroché la signature du Brésilien Nenê. Ce dernier avait pourtant une très grosse offre de l’Olympiakos dans les mains…
Son transfert a été compliqué à réaliser au vu de sa formidable saison. C’est un joueur très talentueux et spectaculaire. De nombreux clubs voulaient s’attacher ses services. Pour nous, Nenê entrait dans la lignée des grands joueurs brésiliens du club. Il est capable de bien tirer les coups de pied arrêtés. C’est un passeur décisif. On s’est battu pour avoir ce joueur tout en restant raisonnable sur le plan économique.

C’est un nouveau gros salaire…
La masse salariale du club est importante comme elle l’est dans des clubs ambitieux. Il y a des limites qu’on ne peut pas atteindre. Et puis vous avez aussi, par moments, un actionnaire qui va vous permettre de faire venir des joueurs emblématiques et spectaculaires. On a eu les moyens de faire venir Mathieu et Nenê. C’est très important pour le club mais aussi pour les supporters, à un moment où on leur demande de faire des efforts, notamment en vue de pacifier le Parc des Princes.

Les prochaines recrues seront-elles défensives ?
Oui. C’est notre chantier désormais. Depuis quelques mois, on a identifié les joueurs que l’on souhaite voir chez nous. Je note que ces deux dernières années, le recrutement du club a été bon, efficace et optimisé. Avec Mathieu et Nenê, on a une ossature plus importante. Il ne faut pas oublier que l’on va jouer une Coupe d’Europe cette saison.

Gallas est-il une des pistes que vous ciblez en défense centrale ?
Je ne vais pas citer de noms, je ne veux pas donner de pistes à la concurrence sur notre recrutement. Le club a vocation à examiner toutes les pistes intéressantes pour lui.

Vous ne démentez pas un intérêt du club pour lui.
Non, je ne démens pas.

« Le club attend de Sességnon qu’il fasse une grosse saison »

Vous n’avez pas peur que l’on finisse par coller au PSG une étiquette de maison de retraite ?
Non, nous avons des joueurs jeunes et des éléments un peu plus matures. Lorsque le PSG a eu ses plus grands titres, il comptait dans son effectif des joueurs capables d’évoluer à Paris et d’encadrer des jeunes. Le contexte parisien est particulier. Le public attend beaucoup de son équipe.

Jérôme Rothen et Younousse Sankharé ne font pas partie des plans d’Antoine Kombouaré, on le sait. Qu’en est-il de Kezman et de Giuly ?
Ils s’entraînent avec le groupe. Alors je ne peux rien dire de catégorique là-dessus.

Vous n’avez pas accordé de bons de sortie à Guillaume Hoarau, Mevlut Erding et Mamadou Sakho. Quid de Stéphane Sességnon, qui avait émis à la fin de saison, son souhait de partir ?
J’ai vu Stéphane avant les vacances. C’est un joueur formidable, doué, spectaculaire. Il est capable de nous faire une formidable saison, je le lui ai dit. C’est ce que le club attend de lui.

Un petit mot pour finir sur l’ambiance du Parc des Princes. Vous n’avez pas peur d’un désamour en tribunes ?
On a besoin de pacifier ce Parc. On peut s’abonner ailleurs que dans les tribunes Auteuil et Boulogne. Les supporters vont jouir de tarifs extrêmement attractifs dans ces tribunes. C’est l’année des 40 ans. On va avoir le tournoi de Paris, avec deux matches par soirée, avec la Roma et les premiers pas d’Adriano, le FC Porto, Bordeaux. Et puis, je le répète, il y aura aussi la Coupe d’Europe.