RMC Sport

Mercato: Garcia était "en total accord" pour le départ de Terrier

Même s'il déplore le fait d'avoir perdu trois joueurs depuis le début de la crise sanitaire, Rudi Garcia considère que le départ de Martin Terrier vers le Stade Rennais représentait une "bonne opportunité" pour toutes les parties, eu égard à la densité de l'effectif dans le secteur offensif.

À un peu plus de deux semaines de la finale de la Coupe de la Ligue contre le PSG, le 31 juillet au Stade de France, l'Olympique Lyonnais a perdu trois joueurs depuis le début de la crise sanitaire: Lucas Tousart (de retour de prêt au Herta Berlin), Amine Gouiri (transféré à Nice) et Martin Terrier (transféré à Rennes).

"Ce n'est pas une bonne nouvelle", a déclaré Rudi Garcia en conférence de presse, avant d'admettre que le départ du troisième cité avait son approbation en dépit de son temps de jeu relativement important (35 matchs cette saison).

"Je suis en total accord avec ma direction sur le fait d'avoir lâché Martin. Parce qu'on était trop nombreux devant. Quand on a des opportunités et des demandes, on les écoute, les évalue et on y répond favorablement ou pas. Pour Martin, comme pour nous par rapport à l'effectif, c'était une bonne opportunité", s'est justifié l'entraîneur lyonnais.

"Je ne sais pas si je vais réussir à faire jouer tout le monde"

À la veille du match amical contre le Rangers FC, Rudi Garcia pense ainsi ne pas avoir de problèmes de quantité sur le plan offensif. Un constat lié aux retours de blessure de Jeff Reine-Adélaïde et de Memphis Depay, mais aussi à l'arrivée du jeune Tino Kadewere. "Ce n'est pas le domaine offensif où je manque de solution, a ainsi estimé le coach. Je ne sais pas si je vais réussir à faire jouer tout le monde sur les deux prochains matchs devant".

Quant au départ d'Amine Gouiri, pur produit du centre de formation, Rudi Garcia a relativisé en expliquant qu'il n'avait "pas été beaucoup utilisé". L'attaquant de 20 ans n'avait en effet eu droit qu'à cinq apparitions avec l'équipe première depuis l'été dernier.

Julien Absalon