RMC Sport

Mercato: la FIFA prête à limiter les prêts dès juillet 2020

Une commission de la FIFA a donné son feu vert pour limiter le nombre de prêts internationaux de joueurs de plus de 22 ans, à partir de juillet 2020. L'instance mondiale a aussi décidé de la création d'un nouveau fonds automatisé pour financer les indemnités de formation.

Certains clubs vont être déçus. Un nouveau pas a été fait par la FIFA pour une future limitation du nombre de prêts internationaux effectués par chaque club au cours d'une même saison. La commission des partenaires de l'instance dirigeante du football, impliquant des représentants de clubs, ligues, joueurs, associations membres, confédérations et de l'administration, ont donné jeudi leur feu vert à une nouvelle réglementation pouvant entrer en vigueur dès la saison 2020-2021.

Des prêts limités à huit puis six

Le texte, qui doit encore être approuvé par une autre commission et voté lors d'un conseil de la FIFA, prévoit de limiter à huit le nombre de prêts internationaux de joueurs âgés de 22 ans et plus. Le volume de la restriction s'appliquerait à la fois sur les opérations entrantes et sortantes. La limite serait ensuite ramenée à six à compter de la saison 2022-2023, avec l'impossibilité pour deux mêmes clubs de conclure plus de trois prêts entrants et trois sortants.

La FIFA souhaite ainsi "s'assurer" que les prêts de joueurs "ont un but sportif valable pour le développement des jeunes". C'est aussi une manière de s'attaquer aux clubs spécialisés dans l'achat-revente de joueurs, qui effectuent de nombreux prêts pour ne pas se retrouver avec des effectifs pléthoriques et qui n'hésitent pas à s'appuyer sur des clubs satellites. Chelsea était notamment devenu une référence en la matière, avec ses nombreux jeunes envoyés au Vitesse Arnhem.

Un fonds pour les indemnités de formation

L'organisme du football mondial a par ailleurs acté la création d'un fonds destiné à financer en partie les indemnités de formation, ces sommes d'argent non négligeables pour les petits clubs. Ce fonds sera alimenté par un prélèvement supplémentaire de 1% sur les frais de transferts. La rétribution sera ensuite automatisée, ce qui limitera les problèmes de non-paiement "actuellement" constatés. L'entrée en vigueur de ce nouveau système est prévue en 2022.

JA