RMC Sport

Mercato : le grand calme avant la tempête

Rémy Cabella

Rémy Cabella - -

C’est ce mardi 10 juin que s’est ouvert en catimini le mercato d’été. Si certains accords ont déjà été passés, les transferts mirobolants ou à sensation seront conditionnés aux performances des joueurs durant la Coupe du monde.

Pour les gros transferts, il faudra attendre. C’est en substance la donne de ce mercato d’été 2014 qui vient officiellement de s’ouvrir. En cause, la Coupe du monde au Brésil qui démarre dans 2 jours pour une exposition rêvée. Certains joueurs espèrent ainsi briller pour se mettre davantage en valeur et plier bagage pour une destination plus huppée. « Pour un joueur comme David Ospina (Colombie) de Nice qui a des velléités de départ et tend à trouver un plus grand club, la Coupe du monde peut pour lui être une super vitrine et l’aider da sa quête de nouveau challenge », explique par exemple l’agent Pierre Delcher.

Les joueurs en partance ne sont pas les seuls à vouloir profiter de l’événement. « On peut prendre le cas de Rémy Cabella aussi. On a vu que Louis Nicollin était resté ferme avec Newcastle, ajoute Delcher. Bien lui en a pris puisque son joueur va participer à la Coupe du monde et on peut imaginer que sa valeur marchande va être décuplée ». Cependant, attendre, c’est aussi prendre un risque : le joueur peut se blesser et perdre de sa valeur. Voire devenir intransférable. 

Les petits poissons avant les gros

Il faudra donc attendre la fin du mois et même plus sûrement la fin de la compétition (13 juillet) pour que se finalisent les premiers transferts mirobolants ou à sensation. En attendant, l’heure est surtout aux bonnes affaires, souligne Pierre Delcher : « En France, au–delà du fair-play financier et de l’effet Coupe du monde, il y a la pression fiscale qui n’est pas à négliger avec la fameuse taxe sur les salaires au-dessus d’un million d’euros par an. On voit une tendance assez nette vers lesquelles les clubs s’orientent, ce sont les joueurs qui viennent des pays scandinaves ou des pays de l’Est où il y a de très bons joueurs et où le salaire moyen est beaucoup moins élevé qu’en Europe de l’Ouest. »

Et certains ont très vite compris l’intérêt de ces filières à moindre coût. « On voit beaucoup de clubs comme Toulouse notamment qui n’hésitent pas à aller recruter des joueurs danois ou roumains. Pour les gros coups, on va effectivement attendre la fin de la Coupe du monde, malgré tout je pense qu’il y aura des mouvements pour les clubs qui savent être malins », conclut Delcher. Autrement dit, pas de quoi faire vibrer les foules avant la fin du Mondial.

A lire aussi : >> Hazard dit non au PSG, Candreva en pôle >> EN IMAGES : Les cibles du Barça pour le mercato >> EN IMAGES : Ces joueurs qui pourraient quitter l'Atlético 

A.V. avec P.F.