RMC Sport

Mercato. OM: Mitroglou, Sertic, Abdennour... le point sur les autres chantiers

Après de longues discussions, l’OM a officialisé ce mercredi la venue de Mario Balotelli. Mais au niveau des arrivées, comme au niveau des départs, le mercato n’est peut-être pas fini côté marseillais.

Avec la venue de Mario Balotelli, l’OM a sans doute bouclé ce mercredi son plus gros dossier de l’hiver. Mais, dans le sens des départs comme des arrivées, il reste encore du travail côté olympien, et la dernière semaine de mercato s’annonce studieuse.

Alors que Marseille a fait d’un podium en Ligue 1 son objectif absolu, le staff a conscience des lacunes défensives de l’effectif actuel. Ainsi, Garcia souhaite toujours l'arrivée d'un latéral gauche. Le Brésilien Dalbert (Inter Milan) est bel et bien l'une des pistes chaudes du moment. Le joueur plaisait déjà beaucoup à Zubizarreta et Garcia quand il évoluait à Nice.

Reste à voir quelle sera la marge de manœuvre de l’OM pour se renforcer. "Je rappelle que le club a la chance d‘avoir un actionnaire qui a dépensé pas loin de 250 millions d’euros sur ses fonds propres depuis son arrivée. Sur le mercato actuel, c’est un secret de Polichinelle: nous avons des discussions avec le fair-play financier et certaines contraintes à prendre en compte, qui ne nous permettent pas de faire des transactions importantes, a prévenu Jacques-Henri Eyraud en conférence de presse. Nous avions une ou deux positions sur lesquelles nous menions des recherches. Il reste sept jours, on verra…"

Objectif dégraissage

Un discours prudent, donc, et une manière de dire que l’OM pourra difficilement sortir le chéquier sans s’être séparé d’un joueur auparavant. En ce sens, le club espère au moins un départ avant fin janvier. Mais les "indésirables", à savoir Sertic, Abdennour, Hubocan, ou Mitroglou, risquent de difficilement trouver preneur. Il est donc possible que ce soit Valère Germain qui fasse ses valises. Nice et Nantes sont intéressés.

Dans l’idéal, Garcia souhaiterait toutefois se séparer en priorité de Mitroglou. Le coach n’est pas satisfait de son investissement, le Grec est trop fragilisé physiquement, et Germain offre un profil différent voire complémentaire à Balotelli pour certaines fins de match où l’OM devrait se montrer plus offensif.

Sur le cas Balotelli, justement, l’OM se serait peut-être risqué à un contrat plus long si la masse salariale avait pu être allégée en début de mercato. Mais les dirigeants olympiens restent convaincus que si ses débuts sont réussis, ils auront un temps d’avance et des bases solides pour convaincre l’Italien de rester l'été prochain.

Florent Germain avec Clément Chaillou