RMC Sport

Mercato: Rennes a raté Godin à cause de la fiscalité italienne

Selon Ouest-France, Rennes avait convaincu Diego Godin (34 ans) de s'engager cet été mais le défenseur uruguayen ne viendra pas en raison du régime fiscal italien.

La piste Diego Godin au Stade Rennais n'était pas un mirage. Selon Ouest-France, les Bretons ont bien approché le défenseur uruguayen pour le recruter. Cela a même atteint un stade très avancé alors que la relation entre le joueur, arrivé libre à l'Inter Milan l'été dernier, et l'entraîneur Antonio Conte est devenue délicate. 

Rennes s'est engouffré dans la brèche et les premiers contacts ont été noués il y a deux mois et demi. S'il a disputé la fin de la campagne européenne de l'Inter en Ligue Europa, Godin s'est intéressé de près au projet rennais, qualifié pour la première fois de son histoire en Ligue des champions. Il a ainsi sondé son compatriote Edinson Cavani, connaisseur du championnat de France après son passage au PSG, et aurait même interrogé Antoine Griezmann à ce sujet. 

Séduit par Stéphan et Maurice

Selon Ouest-France, Julien Stéphan se serait entretenu pendant 45 minutes avec le demi-finaliste de la Coupe du monde 2010. Idem avec Florian Maurice, directeur sportif. Il en serait ressorti convaincu par le projet sportif et la perspective de rallier la capitale bretonne avec sa famille. 

Mais Diego Godin ne rejoindra pas Stade Rennais. Le défenseur était prêt à faire des concessions sur son salaire et même à signer un contrat de deux ans et demi, l'emmenant jusqu'à la Coupe du monde 2022. Mais un transfert en France lui aurait coûter trop cher d'un point de vue fiscal.

Après la "flat tax" en 2017 permettant aux contribuables étrangers de bénéficier d'une taxation forfaitaire de 100.000 euros par an, l'Italie a étendu, en 2019, le "décret croissance" aux métiers du sport. Cette disposition permet aux Italiens ou aux étrangers qui s'installent dans la Botte et qui s'engagent à y rester au moins deux ans de bénéficier, pendant cinq ans maximum, de conditions fiscales très avantageuses. Dans les faits, 50% de leur revenu salarié est exempté d'impôt, l'autre moitié restant taxée à 43%.

Etant arrivé en Italie depuis seulement un an, Godin aurait dû, en cas de départ d'Italie, rembourser ses avantages fiscaux de la première saison. Et le montant s'annonçait élevé pour le défenseur dont le salaire net est estimé à soit 6,75 millions d'euros annuels. Il devrait finalement s'épargner de telles dépenses puisqu'il va vraisemblablement rester en Italie en s'engageant avec Cagliari. Mais Rennes n'est pas passé loin du gros coup.

NC