RMC Sport

Mercato: Tebas calme le Real et le Barça sur Mbappé et Haaland

Interrogé par Europa Press, Javier Tebas, le président de la Liga, a estimé qu’il était "invraisemblable et improbable" que Kylian Mbappé et Erling Haaland soient transférés en Espagne cet été, au regard de la conjoncture économique actuelle de l’autre côté des Pyrénées.

Quand le pragmatisme économique éteint les rêves des supporters du Real Madrid et de Barcelone. Mercredi, le président de la ligue professionnelle, Javier Tebas, a refroidi les ardeurs des deux mastodontes du football espagnol. Interrogé par l'Agence de presse espagnole Europa Press, le dirigeant de 58 ans a jugé "invraisemblable et improbable" que Kylian Mbappé et Erling Haaland "puissent venir", dans le championnat espagnol, au regard de la conjoncture économique de l'autre côté des Pyrénées.

"J'aimerais qu'ils viennent, mais il faut être réaliste. Je ne pense pas que l'un de ces deux joueurs, ou les deux, soient en Liga l'an prochain." a-t-il déclaré.

Dans les médias espagnols, ces dernières semaines, on évoque la possibilité de voir l’international norvégien de 20 ans, plus jeune joueur à atteindre 20 buts en C1, jouer au Real Madrid ou à Barcelone. Kylian Mbappé (22 ans) est lui convoité par la Maison Blanche.

Des comptes dans le rouge

Mais les voeux formulés par le président du Barça, Joan Laporta, et Florentino Perez, le patron du Real se heurtent à une réalité économique bien sombre. Fragilisés par la pandémie, leurs clubs ont vu leurs revenus diminuer ces deux dernières années. La situation est même catastrophique en Catalogne. Selon un audit réalisé en janvier dernier, la dette barcelonaise s’élève à près d’un 1,2 milliard d’euros. C’est dans ce contexte financier délicat que Joan Laporta a repris les rênes du club le 7 mars.

Au Real, les comptes sont repassés dans le négatif après un assainissement entre 2016 et 2019. 240 millions d’euros, c’est le stock de dette accumulé au début de l’année 2020. Fin janvier, le directeur général de la Liga, José Guerra, avait assuré que la dette des clubs professionnels espagnols serait "amortie au cours des trois à cinq prochaines années". Dans ce contexte, recruter deux joueurs dont les valeurs marchandes sont parmi les plus élevées du football mondial relève de l’utopie.

Par Antoine Grotteria