RMC Sport

Monaco – L’ASM va-t-elle parler français ?

Le président Rybolovlev et le Prince Albert

Le président Rybolovlev et le Prince Albert - -

Monaco s’apprête à recruter à coups de dizaine de millions d’euros des stars du football européen. Mais aussi à effectuer un vaste ménage au sein de l’effectif qui a permis le retour du club en Ligue 1. Une inquiétude pour le « made in France », qui ne semble pas être un vivier privilégié.

Moutinho, Rodriguez, Falcao, Valdès, Coentrao, Di Maria… Signés ou en approche, les nouvelles recrues de l’AS Monaco, rabattues par le très influent agent Jorge Mendes, vont donner au club de la Principauté un parfum d’ailleurs. Le portugais, ou a minima l’anglais, sera de mise lorsque les joueurs se retrouveront le 1er juillet, et le bataillon de joueurs français – ou ce qui en restera – devra s’y faire. L’ASM du milliardaire russe Dmitry Rybolovlev tiendra de la world company assemblée à une salle des marchés. L’empereur de la potasse, 119e fortune mondiale, prévoit un budget de recrutement de 200 M€, qui vise à tailler des croupières au PSG des Qataris lors de l’ouverture du marché des transferts, le 9 juin.

Le virage à 360° que s’apprête à prendre le club du Rocher a de quoi inquiéter les joueurs français. Vadim Vasilyev, dans L’Equipe, a beau parler d’« équilibre », le directeur sportif ne convainc pas totalement lorsqu’il promet d’« utiliser (nos) joueurs présents » et « talentueux ». Selon nos informations, le Russe a donné rendez-vous aux agents, début juin, pour discuter des joueurs sous contrat. La fête de fin de saison du club, vendredi, sera certainement la dernière pour un certain nombre d’entre eux. Une stratégie qui ne recueille pas l’approbation d’Eric Di Meco, champion de France 1996 sous le maillot Rouge et Blanc. « Le problème, c’est qu’il y a des investisseurs étrangers qui arrivent et n’ont rien à faire des autres présidents de clubs et du football français », s’emporte le consultant RMC Sport.

Rousselot : « Une provocation ! »

Toujours selon nos sources, Rybolovlev avait – jusqu’au début de l’année – en tête de panacher ses grandes recrues étrangères de joueurs de L1. La saison dernière, une douzaine d’éléments évoluant dans le championnat français étaient ciblés. Mais le bras de fer engagé au mois de mars par la Ligue de football professionnelle (LFP), au sujet du siège fiscal de l’ASM, a braqué le Russe. Alors que l’affaire a été portée devant le Conseil d’Etat, le milliardaire a décidé de snober le marché français. Une attitude qui irrite au plus haut point ses homologues de l’Hexagone. « On ne peut pas comme ça impunément acheter des joueurs à la face du football français à l’extérieur (…), on ne peut pas jeter impunément des millions et des millions en pâture. C’est de la provocation ! », s’insurge Jacques Rousselot, président de l’AS Nancy-Lorraine, et membre du comité exécutif de la FFF.

Une stratégie jusqu’au-boutiste ?

Monaco va-t-il adopter une politique jusqu’au-boutiste, avec le risque de se mettre à dos l’ensemble du foot français ? Si les noms de Gourcuff, Mandanda, Ruffier et Gonalons avaient circulé il y a peu, Monaco s’est contenté pour l’instant de discuter avec Sochaux au sujet du jeune espoir Jérôme Roussillon, après avoir signé trois Français cet hiver (Rivière, Obbadi et Medjani). Il n’est pas impossible que – dans un souci d’apaisement – l’ASM et Jean-Louis Campora, l’ex-patron du club, rappelé par les Russes pour s’occuper des relations avec les clubs français, gardent la carte « made in France » dans la manche lors des discussions à venir avec la Ligue et la Fédération. « Ce projet n’est pas que pour Monaco », plaide Vasilyev. Les clubs de l’Hexagone aimeraient bien y croire.

A lire aussi :

>> Les folles envies de Monaco

>> Monaco veut Roussillon

>> Monaco-LFP : la guerre est déclarée

Le titre de l'encadré ici

Sagnol : « J’espère que Monaco recrutera au niveau national »|||

Invité de l’Intégrale Foot ce mardi sur RMC, Willy Sagnol s’est montré satisfait par le recrutement haut de gamme actuellement effectué par l’AS Monaco. Mais l’actuel manager des équipes de France de jeunes espère également voir le club de la Principauté recruter en Ligue 1. « Ils ont beaucoup parlé mais ils ont mis les moyens avec leur parole, assure l’ancien international français. C’est une bonne chose. Plus il y aura de grands noms et de grandes stars dans le championnat de France, mieux ça sera. Comme avec Paris, j’espère que Monaco sera un club qui recrutera au niveau national. »

Louis Chenaille (avec J.Ré., M.Bo., P.T., J.P.)