RMC Sport

Mort de Gérard Houllier: Djibril Cissé raconte comment il l’a fait signer à Liverpool

Ancien manager de Liverpool, notamment, Gérard Houllier s’est éteint ce lundi à 73 ans. Il avait fait venir chez les Reds un jeune attaquant français prometteur, Djibril Cissé. L’ancien Auxerrois a raconté ce transfert dans Top of the foot, sur RMC.

Le football encore endeuillé. Gérard Houllier, ancien entraîneur de Lens, du PSG, de l’équipe de France, de Liverpool et de l’OL, qui a collectionné les titres (triple champion de France, vainqueur de la Coupe de l’UEFA, de la Coupe d’Angleterre, de la Coupe de la ligue anglaise), est mort ce lundi à 73 ans, après une opération de l’aorte il y a quelques jours. Les hommages ont été nombreux pour saluer l’ancien professeur d’anglais, en France et à l’étranger.

Dans Top of the foot, sur RMC, Djibril Cissé s’est souvenu des discussions pour son transfert d’Auxerre à Liverpool en 2004, pour environ 20 millions d’euros. Et du rôle décisif joué par le manager des Reds pour convaincre le prometteur attaquant français, qui avait alors 22 ans et enquillait les buts avec l’AJA (89 en 167 matchs).

"Je lui en serai reconnaissant toute ma vie"

"C’était un accord tripartite entre moi, le coach Guy Roux et Gérard, qui a su me parler, raconte l’ancien attaquant, actuellement consultant pour la chaîne L’Equipe. J’avais beaucoup de clubs à l’époque. Il a su trouver les mots pour me dire que Liverpool était le meilleur tremplin pour moi. Je sortais d’une belle saison à Auxerre, mais je n’étais pas encore un joueur confirmé. J’avais beaucoup de qualités brutes, mais encore beaucoup de travail à faire. Il a su me convaincre."

"Grâce à Gérard, l’année où je signe à Liverpool, on gagne la Ligue des champions (2005), rappelle Djibril Cissé, victime cette saison-là de sa première double fracture tibia-péroné. Malheureusement, je n’ai pas eu la chance de jouer avec lui. Juste avant que j’arrive, Liverpool et lui se séparent. C’est dommage. Mais c’est lui qui a fait le plus gros de la démarche pour que je signe à Liverpool. Je lui en serai reconnaissant toute ma vie. A chaque fois que je le voyais, on en parlait et on était content et en même temps déçu de ne pas avoir pu travailler ensemble."

"On s’est vu quelques fois, un peu en clandestins"

Remplacé par Rafael Benitez à l’été 2004, Gérard Houllier avait bouclé le transfert de Djibril Cissé l’hiver précédent. En tentant de rester discret. "On s’est vu quelques fois, un peu en clandestins, sourit l’ex-buteur. On organisait des rendez-vous dans son logement parisien. On ne pouvait pas être vus ensemble. C’était encore dans la discrétion. C’était un homme très intelligent, très simple, qui savait parler aux jeunes, qui avait un langage très fort, très persuasif." Et ce n’était pas gagné d’avance pour Gérard Houllier.

"Au début, je n’étais pas trop chaud, concède Djibril Cissé. Il y avait Michael Owen qui était là-bas. Et être sur le banc, ce n’était pas trop cool non plus à cette période-là de ma carrière. Il a été honnête, il m’a dit : ‘Ne t’inquiète pas, Michael Owen, il ne sera plus là longtemps donc tu auras ta place’. Je n’y croyais pas trop. Mais finalement, quand j’arrive, Michael Owen part au Real. C’était un homme de parole. On pouvait lui faire confiance. J’avais une très bonne relation avec lui, même si je n’ai pas travaillé avec lui. C’est l’un des regrets. Il m’a fait signer, j’ai gagné la Ligue des champions avec Rafael Benitez. J’aurais aimé que ce soit lui, pour lui dire merci."

LP