RMC Sport

Piquionne : « Me refaire un nom »

Après une très décevante saison sous le maillot lyonnais, l'attaquant de 30 ans espère se relancer outre-Manche

Après une très décevante saison sous le maillot lyonnais, l'attaquant de 30 ans espère se relancer outre-Manche - -

Prêté mercredi à Portsmouth, avec option d’achat, Frédéric Piquionne espère rebondir en Angleterre après plus de deux saisons en dents de scie à Monaco et Lyon.

Frédéric Piquionne, quel sentiment prédomine après votre signature à Portsmouth ?

Je suis soulagé. C’est une nouvelle aventure qui comment dans un championnat qui me fait rêver. Après des années difficiles et ma très décevante saison dernière, durant laquelle j’ai reçu beaucoup de coups, il fallait que je fasse un choix. Et il a vite été fait quand j’ai vu que c’était bouché pour moi à Lyon. Portsmouth a vraiment émis l’envie de me récupérer et le choix sportif est aussi agréable.

Etait-ce possible pour vous de rester dans un rôle de joker ?
Non, parce que je n’ai pas su confirmer ce qu’on attendait de moi. C’était une saison difficile. J’avais fait le point avec le coach (claude Puel), qui m’a très clairement fait comprendre que deux attaquants allaient arriver et que, si je pouvais avoir du temps de jeu ailleurs, je pouvais m’en aller.

Qu’est-il arrivé au Frédéric Piquionne de Saint-Etienne en trois ans ?
Je n’arrive pas trop à comprendre. Je pense que c’est le fait d’être venu dans un club avec beaucoup de pression et de choses à faire. Je me suis fixé un objectif que je n’ai pas réussi à atteindre. Et, je ne vais pas dire que j’ai baissé les bras, mais ça n’a pas fonctionné. Peut-être que je n’avais pas cette confiance que j’avais et que j’ai aujourd’hui pour essayer de rebondir.

Pouviez-vous envisager de rester en France ?
Quand on est passé dans un club comme Lyon, on a envie de vivre autre chose. Je reste sur deux ans et demi très décevants. Je vais essayer de me refaire un nom et montrer que je n’ai pas perdu mon football. Maintenant, c’est sur le terrain que j’ai envie de prouver.

Avez-vous souffert de cette image de mercenaire, qui ne réussissait pas ?
Cette image, je l’ai cherchée aussi. Aujourd’hui, j’assume ce que j’ai fait.

La rédaction-After Foot (G. Brisbois)