RMC Sport

Pourquoi Guardiola a choisi le Bayern

Pep Guardiola

Pep Guardiola - -

Josep Guardiola a surpris beaucoup de monde en s’engageant avec le Bayern Munich pour la saison prochaine. Après un an de repos, l’ancien coach du Barça s’est laissé tenter par la Bundesliga, ses stades pleins et sa bonne santé financière.

Tout le monde l’attendait en Angleterre. Mais c’est finalement en Allemagne qu’il va poser ses valises. Josep Guardiola s’est officiellement engagé avec le Bayern Munich pour la saison prochaine. Après une année sabbatique passée à New York avec sa famille, le technicien de 41 ans s’est laissé convaincre par l’attrait de la Bundesliga. Au point de repousser plusieurs offres de Premier League, notamment de Chelsea, et renoncer à un salaire largement supérieur aux 12 millions d’euros annuels qu’il touchera outre-Rhin.

Pour le Bayern, l’arrivée de Guardiola, vainqueur de 14 trophées en 3 ans avec le Barça, est un signal fort envoyé à l’Europe du football. Avec le coach catalan, le géant allemand entend s’offrir une 5e Ligue des champions, voire plus si affinités. Fort d’un budget de 370 millions d’euros, le club aux 22 titres en Bundesliga affiche un bénéfice d’exploitation quasi constant. Une visibilité financière qui fait défaut aux grosses cylindrées espagnoles ou britanniques. Guardiola n’a d’ailleurs pas caché que cette bonne santé économique a pesé dans son choix.

Les clubs allemands pas dépendants des droits TV

En Allemagne, les grands clubs sont gérés comme des entreprises et le football professionnel est considéré comme une industrie. Pas question de dépenser ce qu’on n’a pas. Comme le notent les analystes, les revenus de la Bundesliga augmentent 5 fois plus vite que le chiffre d’affaires. Un résultat exceptionnel dans une Europe du football touchée par la crise. Les formations d’outre-Rhin s’appuient en premier lieu sur leurs revenus commerciaux. Ces derniers représentent 56 % des recettes, loin devant la billetterie (22%) et les droits TV (22%).

Une situation qui rend les clubs allemands autonomes, contrairement à leurs homologues anglais qui dépendent en grande partie des droits versés par les chaînes de télévision. En tout cas, l’arrivée de Guardiola à Munich marque un tournant dans l’équilibre des forces du football européen. Le Bayern ressemble désormais à une machine de guerre. Doté de fonds propres qui s’élèvent à plus de 270 millions d’euros, le club s’appuie depuis plusieurs années sur un effectif de grande qualité. Avec l’un des coaches les plus talentueux de sa génération, il espère désormais asseoir sa suprématie sur le Vieux Continent.

Pascal Perri